07/04/2014

Syrie: la litanie des attaques contre les Chrétiens en vidéo

Lire tous nos articles sur l'épuration anti chrétienne en Syrie.

22:58 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

25/02/2014

Le président tunisien Moncef Marzouki défend le port du niqab

marzouki-niqab-500.jpg

Moncef Marzouki considère que le choix de porter le niqab relève d’une liberté individuelle fondamentale, intouchable par définition. "Le niqab est un droit acquis et inaliénable. S’il y a des doutes sur une personne portant le voile, il faut qu’elle soit contrôlée par des agents de sexe féminin", a-t-il déclaré dimanche dernier sur la chaîne de télévision nationale Watania 1.

La photo ci-dessus a été prise lors de la prestigieuse cérémonie de remise des prix du concours de l’apprentissage du Saint Coran, organisée au Palais de Carthage. Parmi les heureux lauréats, une femme en niqab s’était distinguée. 

L'électorat islamiste est numériquement incontournable dans la campagne électorale pour rester au Palais de Carthage.

10:32 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

31/01/2014

Tunisie: Affrontements violents entre salafistes et forces de l’ordre

logobn.jpg
Business News du 31.01.14

"Des affrontements violents entre les forces de l’ordre et des salafistes ont actuellement lieu dans la zone de Jebel Lahmar. La cité Zayatine est totalement bouclée par la police qui en interdit l’accès.

Les salafistes utilisent des pierres et des cocktails Molotov et la police riposte avec du gaz lacrymogène, d’après une source policière sur place. La même source a refusé de donner des explications sur ce qui a déclenché ces affrontements. Toutefois, plusieurs médias ont déclaré que ces actes de violence sont la conséquence d’une tentative d’arrestation d’un élément salafiste dans une mosquée du quartier."

21:40 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

01/01/2014

Tunisie: affinités entre le ministre des Affaires religieuses et le salafiste Abou Iyadh ?

khademi_abou_iyadh_12_31.jpgLu sur le média tunisien Kapitalis du 31/12

"Interrogé lundi par nos collègues de Shems FM à propos de l’arrestation, en Libye (non confirmée) de Seifallah Ben Hassine Mokni alias Abou Iyadh, le ministre  des Affaires religieuses Noureddine Khademi s’est empêtré dans de oiseuses explications sur la révolution, la justice, la religion, etc., évitant d’exprimer la moindre opinion à propos d’Abou Iyadh, malgré l’insistance de notre confrère Hamza Balloumi qui lui a posé la question à quatre reprises : Que pensez-vous de l’arrestation d’Abou Iyadh? Pas de réponse, mais des propos tournant autour du pot...

Abou Iyadh est pourtant considéré comme le chef d’une organisation terroriste par le gouvernement dont M. Khademi est membre. Ce dernier n’en a peut-être pas été informé. Il n’a pas peut-être pas été consulté non plus avant l’annonce de cette décision. Il y a aussi de fortes chances que M. Khademi y soit, au plus profond de lui-même, opposé, tout en se gardant de s’exprimer à ce sujet.(...) Souvenons-nous : Noureddine Khademi, imam de la mosquée El-Fath à Tunis, a souvent appelé au jihad en Syrie dans ses prêches du vendredi prononcés dans cette mosquée considérée comme le fief des salafistes jihadistes adeptes d’Abou Iyadh. Les vidéos de ses prêches circulent encore sur les réseaux sociaux.

Ceci explique-t-il cela? Le silence de Khademi, hier, sur Shems FM, à propos de l’arrestation d’Abou Iyadh est, en tout cas, on ne peut plus éloquent. C’est un silence qui vaut son pesant... d'affinités inavouées avec le chef terroriste." Lire la suite dans Kapitalis

 

20:12 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

27/12/2013

Tunisie: une police salafiste fait régner la terreur à Bizerte

victime_salafistes_bizerte_12_27.jpgLu sur le média tunisien Kapitalis:

"Une police salafiste à Bizerte (nord-est) défie la police républicaine, fait régner sa loi et s’attaque aux habitants qui ne partagent pas son idéologie extrémiste. Mais où est passé l’Etat? VIDEO. 

Talfza TV a diffusé, avant-hier soir, un reportage sur l’activisme des salafistes dans la région de Bizerte. Ces derniers, qui agissent comme un Etat dans l’Etat, font des descentes punitives dans les maisons, les lieux publics, les magasins, au vu et au su de tout le monde, et particulièrement de la police qui laisse faire.

Ils s’attaquent publiquement à leurs victimes et leur infligent des punitions décidées d’avance, en utilisant des bâtons, des épées, des chaînes, des armes blanches, etc.

Selon leur loi, la femme n’a pas à être côte-à-côte avec un homme dans un lieu public sauf si elle est son épouse. Quelqu’un qui boit de l’alcool doit être tabassé pour ne plus refaire son «crime»…

Les témoignages de leurs victimes, dont un jeune homme qui a bu quelques bières avec des amis, donnent la chair de poule.

Où sont passées les forces de l’ordre? Et qu’attend le procureur de la république pour mettre fin aux activités de cette police parallèle qui fait régner la terreur dans certaines villes tombées aux mains des extrémistes religieux?"

Lire aussi sur Kapitalis : Multiplication des camps jihadistes en Tunisie

12:07 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

05/12/2013

Tunisie-Terrorisme: Les Kasserinois manifestent contre le gouvernement

manif_kasserine_12_3.jpgKapitalis- 3 décembre:

Les habitants de Kasserine ont effectué aujourd’hui une marche de protestation pour dénonce le manque flagrant de moyens mis à la disposition des forces de l’ordre pour lutter efficacement contre le terrorisme.

Les manifestants ont appelé le gouvernement Ali Lârayedh à fournir davantage de moyens matériels et humains susceptible combattre les groupes terroristes qui ont infesté le pays et, notamment, la région de Kasserine, à la fois montagneuse et frontalières (centre-ouest).

Suite au décès de l’officier Youssef Dridi (44 ans), hier, dans l’explosion d’une mine artisanale, probablement enterrée par des éléments salafistes jihadistes, les forces de l’Armée et de la Garde nationale ont renforcé, aujourd’hui, leur présence au Jebel Chaâmbi avec l’arrivée d’importants renforts.

10:27 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

11/11/2013

Tunisie: placardisé et ostracisé car converti au Christ, un haut fonctionnaire s'exile en France

Lu sur 0216 Le magazine des tunisiens à l'étranger :

(...) alors que j’étais hospitalisé dans une clinique à Tunis pour subir une grosse opération chirurgicale, j’ai eu l’honneur de recevoir la visite affectueuse de l’Evêque de Tunis. Comme j’étais haut fonctionnaire tunisien, mon ministre de tutelle a aussitôt été informé de cette visite et les conséquences n’allaient pas tarder.

Autour de moi, tout le personnel médical est tombé en émoi et j’étais devenu soudainement le paria qu’il fallait vite évacuer. Trois jours plus tard, on m’invita à sortir alors que je n’étais pas tout à fait remis de mon opération assez lourde. Les semaines qui suivirent confirmèrent ma mise au placard professionnelle.

Au final, j’ai fini par démissionner et sombrer dans une profonde dépression. (...) Quant à mes parents et ma famille, ils me sollicitent exclusivement pour des questions matérielles.(...)

Quel regard portes-tu sur la Tunisie actuelle ?

Je suis très inquiet pour l’avenir des libertés dans mon pays. La révolution a galvanisé les violences. Les mêmes qui hier me méprisaient n’hésitent  plus désormais à me menacer dans ma chair !

Où est passé notre culture de tolérance ?

Ton retour en Tunisie est-il envisageable ?

Dans la Tunisie actuelle : impossible…celle des nos grands parents : certainement !

Lire l'entretien intégral

22:34 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

01/11/2013

Tunisie: les liens troubles entre Frères Musulmans et salafistes violents

ghannouchi_abou_iyadh_6_21.jpg

Un fondateur d'Ansar Charia, l'organisation salafiste interdite, révèle ses véritables origines, l'étendue de ses liens avec Ennahdha, et ce qui se fait «derrière le rideau». La face cachée des relations entre les partisans de Rached Ghannouchi et ceux d'Abou Iyadh. 

Par Aaron Y. Zelin* (extrait)

"(...)Ansar Charia a également eu des rencontres et des contacts avec Ennahdha [Frères Musulmans tunisiens], aujourd'hui le plus grand parti politique en Tunisie, y compris avec son chef Rached Ghannouchi.

Selon le membre fondateur d'Ansar Charia avec qui j'ai eu des discussions, les relations entre les salafistes et Ennahdha remontent à l'époque où les membres de chaque groupe étaient ensemble en prison. Mais ils ont continué, après leur sortie de prison, à échanger des lettres et à entretenir une communication étroite, mais à des fins bien plus cyniques. Il y a, par exemple, une lettre de Ali Larayedh, l'actuel chef du gouvernement de la Tunisie, à Noureddine Gandouz, une autre figure d'Ennahdha, où il aurait expliqué que les salafistes sont bénéfiques à Ennahdha, car ils donnent, par contraste, une image de modération au parti islamiste.

Après le renversement de Ben Ali et la libération des prisonniers, le dialogue entre des factions au sein d'Ennahdha et Ansar Charia s'est poursuivi. L'homme avec qui j'ai parlé en 2011 a personnellement assisté à deux réunions au domicile de Ghannouchi à El-Menzah, au nord de Tunis. Lors de ces réunions, Ghannouchi aurait demandé à Abou Iyadh d'encourager des jeunes d'Ansar Charia à se joindre à l'armée nationale pour l'infiltrer et un autre groupe de jeunes à faire de même avec la garde nationale.

Cette allégation devient moins surprenante quand on garde à l'esprit la vidéo fuitée, et diffusée en octobre 2012, où l'on voit Ghannouchi fournir des conseils stratégiques aux salafistes. Dans une partie de la vidéo, le chef d'Ennahdha avertit: «L'armée est dans leur mains [par allusion aux laïcs]. Nous ne pouvons pas garantir la police et l'armée.» Lire la suite 

* Chercheur auprès du Washington Institute, qui axe ses recherches sur la façon dont les groupes jihadistes s'adaptent au nouvel environnement politique post-révolutions arabes et sur la politique salafistes dans les pays en transition vers la démocratie. 

Titre original de l'article : ''Tunisia: Uncovering Ansar al-Sharia'' (Tunisie : A la découverte d'Ansar Charia). 

Source : Washington Institute. 

20:15 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

14/10/2013

Syrie: des missiles antichars européens achetés par l'Arabie Saoudite finissent chez Al-Qaida

Ce sont des informations graves que nous transmet Georges Malbrunot dans le Figaro du lundi 14 octobre dans un article intitulé :" Syrie : les occidentaux à la recherches des rebelles modérés".

16661_1.jpgOn commence par apprendre au début de l'article qu'au ministère de la Défense, on cherche à identifier des "islamistes modérés" qualifiés dans le jargon des états-majors de "gris clairs" afin de leur livrer des armes. Introuvables confirme Malbrunot.

Ensuite on en apprend une belle :

"ce bateau d'armes parti de Croatie, qui a débarqué sur les côtes turques avant de connaitre de sérieux déboires, une fois la frontière syrienne franchie. "Là c'est une autre histoire", reconnait un diplomate, qui suit ces acheminements clandestins.

"Une semaine environ après l'arrivée des armes, ajoute-t-il, on s'est rendu compte que les missiles antichars financés par l'Arabie à destination de l'ASL avaient été utilisés par Al-Qaida dans des attaques au nord de la Syrie".

Depuis leur poste d'observation à la frontière turque, les services de renseignements occidentaux étaient "ébranlés d'avoir été piégés", se souvient le diplomate"

poste-de-tir-milan_article_pleine_colonne.jpg

Etaient-ce des missiles antichars français Milan ? Par précaution de langage Malbrunot parle d'armes "occidentales" , mais nous savons depuis juillet dernier que l'Arabie Saoudite a effectivement acheté ces missiles pour les livrer en Syrie , Le Monde le confirmait  dans un article du 8 juillet dernier :

"Riyad a accéléré ses livraisons d'armes à la rébellion syrienne et nettement rehaussé la qualité des équipements livrés. Des vidéos ont ainsi permis d'attester la présence de missiles sol-air chinois de dernière génération, ainsi que de missiles antichars français de type Milan, notamment dans la région d'Alep" source

Ou comment le gouvernement Hollande arme Al-Qaida... 

Lire tous nos articles sur la Syrie

04:06 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : milan, missiles, armes, syrie, al qaida, qaida, croatie | |  Facebook | |

Témoignage d’une djihadette : On m’a promis le Paradis, alors je me suis livrée à 152 hommes

"Une cellule d'assistance aux victimes a été mise en place par le gouvernement [Tunisien]." Jeune Afrique du 6 octobre.

A lire aussi sur Tuniscope :

004102013161418000000covejihadnikahok.jpg« Vous irez au Paradis, ma sœur » est la promesse qu’on lui a faite avant de la convaincre de partir en Syrie pour le djihad. Elle a 21 ans. Voilée depuis l’âge de 17 ans. Elle suivait des cours d’Histoire à la Faculté de la Manouba avant d’abandonner ses études et de partir en Syrie en compagnie de son époux « orfi ».

C’est en juin 2012 qu’elle a quitté le territoire tunisien pour la Turquie où elle a passé une semaine avant de se rendre en Syrie. Arrivée au Mont al-Arbaine, son époux lui imposa le port du niqab et lui expliqua ce que c’était le djihad al nikah.

Aussitôt divorcée, la jeune femme se maria avec l’un des leaders de Jabhat al Norsra, Abou Ayoub. Duquel elle divorça pour se marier avec un autre djihadiste… Et puis un autre et encore un autre… Au total, elle eut 152 « époux ».Suite

04:03 Publié dans 23- SYRIE, 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

22/08/2013

Le Monde retire un article dérangeant sur la Tunisie: "La Tunisie à la veille de la guerre civile"

le-monde-large.jpg

L'affaire met en ébullition les médias tunisiens. L'Elysée a-t-il demandé le retrait d'un article (lien originalégratignant la naïveté française à l'encontre des "islamistes modérés" d'Ennahda ? Une analyse confortant les propos de Manuel Valls sur la question de la compatibilité de l'islam avec la démocratie, censurée ce jour même où Hollande met fin à la liberté de ton de son ministre...

L'article de Michel Le Tallec paru très brièvement mercredi 21 août est reproduit intégralement dans Tunisia Daily. En voici un extrait :

"L’islamisation est déjà là en Tunisie, et il ne manque plus qu’une phase de pure violence afin que les Frères musulmans de Tunisie instaurent leur dictature religieuse.

Dans son prêche de l’Aïd, le sheikh Rachid Ghannouchi [chef des Frères Musulmans tunisiens d'Ennahda] a ouvert la voie à la guerre civile en Tunisie. Il a insisté sur la valeur du sacrifice : ‘ le sacrifice de soi ‘, ‘ le sacrifice des enfants ‘,’ le sacrifice de tout ce que l’on possède ‘, ‘ le sacrifice au nom de Dieu ‘, mettant en exergue l’égorgement, au nom de la religion. Contre la scission actuelle entre islamistes et démocrates, qu’il qualifie de ‘débandade sociale’ (al tadefaa al mojtamaî), Rachid Ghannouchi a incité les islamistes à se préparer à l’affrontement, à partir des exemples égyptien, syrien et palestinien.

Le pire est donc possible en Tunisie et il est temps que le gouvernement français, et François Hollande, arrêtent de se prêter au double jeu des islamistes d’Ennahda. Les Frères musulmans ne veulent pas de la démocratie, incompatible avec leur vision d’une société régie par le Coran. A partir de ce postulat, on doit arrêter de les crédibiliser et de les traiter comme des démocrates respectables." Lire l'article en entier 

00:30 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

09/08/2013

Un fan de Ben Laden promu au ministère de l'Education nationale tunisien

021082012180121000000015012011235207000000ghannouhrachedennheda.jpgL'envoyé spécial en Tunisie de L'Humanité (édition du 7 août) rapporte :

"Ainsi, il y a peu, le porte-parole du groupe salafiste Ansar al-Charia déclarait, sur un plateau de télévision, vénérer la mémoire de Ben Laden et adhérer pleinement à l’idéologie d’al-Qaida. Il a, depuis, été intégré au ministère de l’Éducation nationale ! Lors d’un concours pour intégrer le corps de police, l’une des questions posées portait sur la date à laquelle avait eu lieu la première amputation d’une main féminine" Lire l'article sur l'Humanité.

Photo: le chef des des Frères Musulmans en Tunisie, Rached Ghannouchi, véritable arbitre politique du pays."Islamistes modérés" écrivaient les journalistes il y a deux ans à peine...

Lire tous les articles de notre catégorie Tunisie

15:33 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Tunisie: des mosquées transformées en dépôts d'armes (L'Humanité)

tututut.jpgDans un article du 7 août intitulé "Une islamisation rampante", l'envoyé special de l'Humanité rapporte

"Des centaines de mosquées sont maintenant aux mains des salafistes qui ont évincé les imams traditionnels sans que le pouvoir ne réagisse. Selon certains membres des services de sécurité, nombre de ces mosquées seraient transformées en dépôt d’armes" Lire l'article

 Lire tous les articles de notre catégorie Tunisie

15:13 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mosquée, armes, tunisie | |  Facebook | |

07/08/2013

Une foire du tourisme islamique en Tunisie, les médias libéraux demandent "pourquoi faire?"

L'Organisation de la conférence islamique (OCI) tient sa 2e foire du tourisme en Tunisie, avec la participation attendue de 60 pays. Que peut-on sérieusement en attendre?

La 2e édition de la foire du tourisme des Etats membres de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) se tiendra en Tunisie, du 23 au 26 avril 2014, au Parc des Expositions du Kram, au nord de Tunis, conjointement avec le 20e Marché international du tourisme (MIT), et sous le patronage du ministère tunisien du Tourisme Lire la suite sur le webzine tunisien Kapitalis

04:20 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

01/05/2013

Des camps d'entrainement djihadistes clandestins en Tunisie. Le pouvoir islamiste a longtemps fermé les yeux.

"Bassem Haj Yahia, l’agent de la Garde nationale qui a perdu sa jambe lors de l’explosion d’une mine à la montagne Chaâmbi, a accordé une déclaration exclusive à Mosaïque FM rendue publique le 1 Mai.

Dans cette déclaration, l’agent de la Garde nationale a indiqué que l’opération visait à débusquer des terroristes ayant un degré d’entrainement avancé. Il a également indiqué que ces individus avaient construit un petit village dans la montagne avec des endroits pour dormir et des zones d’entrainement.
Bassem Haj Yahia a affirmé que ces individus représentent un danger imminent pour la Tunisie en assurant que les forces de l’ordre feraient tout ce qu’il faut pour protéger la population."

Les lecteurs tunisiens inquiets commentent l'article de Businesnews:

Citoyen H :"Il doit y avoir des dizaines de camps de ce type repartis sur notre territoire.
Il est impossible de nous faire croire que les terroristes du djebel Chambi soient issus d'une génération spontanée, et cela, sans compter, les réseaux dormants implantés dans nos grandes villes, attendant le signal pour sortir de leur sommeil.Les têtes pensantes des chameliers, le trio ferid khriji, hamadi & ali le chimiste, sont les instigateurs de tout ce que on apprend"

Abdul Rahim: "Ceux qui sont actuellement au pouvoir, à commencer par le Chef du gouvernement, démentaient il y a si peu l'existence de camps terroristes dans le pays. Soit ils mentaient et nous cachaient la vérité qui éclate aujourd'hui au grand jour, soit ils ne le savaient pas eux-mêmes ce qui est un signe de leur incompétence, soit ils laissaient faire, ce qui un signe de complicité. Dans tous les cas c'est grave et ils doivent rendre des comptes."

Nowa: "une chaine syrienne a diffusé il y a environ 1 an un documentaire montrant l'entrainement de "terroristes" cagoulés du cote de Jendouba.... qu'on nous raconte pas d'histoires; les autorités ( le ministère de l'intérieur surtout) a laissé faire....."

Le média tunisien Melekher avait déjà rapporté l'existence de deux camps djihadistes en octobre 2012 "Un secret de Polichinelle":

"La Tunisie abrite des camps d’entraînement jihadistes. Deux, au moins, sont connus : l’un dans le Nord, dans la région de Tabarka, et l’autre dans le Sud, aux confins des trois frontières communes à la Tunisie, à la Libye et à l’Algérie, non loin de l’oasis libyenne de Ghadamès.
A Tunis, leur existence est un secret de Polichinelle. «Nous avons informé les autorités tunisiennes, explique un diplomate européen, mais, pour le moment, il n’y a eu aucune réaction.» Pourtant, pas question pour les Occidentaux de porter le débat sur la place publique. «Cela reviendrait à dire que la transition politique en Tunisie est très mal partie et aucun pays européen ne souhaite prendre cette responsabilité», rapporte ce mardi 23 octobre 2012, le site du journal français Marianne."
 

21:54 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

09/11/2012

Des étudiantes tunisiennes payées par les salafistes pour porter le niqab à l'université (audio)

16:31 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

06/11/2012

Le chef des Frères Musulmans tunisiens réaffirme la primauté de la Charia

Lu dans El Watan

Malgré ses dénégations, Ennahda continue de jouer le trapéziste entre la modération de façade et le désir de composer électoralement avec les salafistes.

Tunis
De notre correspondant

Le prêche, vendredi dernier, de Rached Ghannouchi, est un exemple type de ce double langage. Lors de son prêche hebdomadaire de vendredi dernier, Rached Ghannouchi a fait l’apologie de la charia, comme fondement de législation dans la future Constitution, affirmant qu’au fil des siècles, les préceptes du Coran et de la sunna ont représenté une véritable Constitution pour les pays musulmans. Lire la suite dans El Watan

20:16 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

18/10/2012

Les jardins d'enfants islamiques dynamisés en Tunisie

un-jardin-denfant-c.jpg

(photo: jardin d'enfant quelque part en Tunisie)

Lu sur le média tunisien Kapitalis (extrait):

Par Sonia Mabrouk

Le rapport d’activité du ministère des Affaires de la femme et de la famille (Maff) présenté lors d’une conférence de presse, courant septembre dernier, dévoile le partage des rôles subtil entre les partis de la «troïka», la coalition au pouvoir, à l’origine d’un laxisme intriguant dès lors qu’il s’agit d’appliquer les lois sur certains contrevenants, en l’occurrence ceux appartenant à la mouvance islamiste.

Les propos tenus par Rached Ghannouchi dans la vidéo «fuitée», invitant les salafistes à ouvrir des écoles, établissements, voire même à organiser des campements (!), ne sauraient être compris correctement qu’à la lecture des échanges de correspondance entre le Maff et le ministère de l’Intérieur (MI). Or, le rapport cité ci-haut relate, dans sa page 41, des échanges accablants, publiés sans doute par mégarde (pour télécharger le rapport disponible sur la page Facebook de la détentrice du portefeuille Sihem Badi). Il en ressort que : - le Maff, ayant constaté que des établissements relevant d’associations coraniques exercent des activités de jardin d’enfants au mépris des lois et règlements, a adressé une lettre au MI pour lui demander d’intervenir auprès des gouverneurs pour faire fermer ces établissements. Le ministre de l’Intérieur a répliqué sèchement en indiquant que la suspension de l’activité de ces jardins d’enfants relève du Tribunal de première instance de Tunis (sic!).

(...) Rappelons enfin que, lors du point de presse du jeudi 27 septembre, Mme Badi a reconnu implicitement son impuissance face aux jardins d’enfants gérés par les associations coraniques (voir Kapitalis).

Lire l'article intégral

18:06 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

11/10/2012

Tunisie: le "modéré" de la presse française tombe le masque dans une vidéo

021082012180121000000015012011235207000000ghannouhrachedennheda.jpg
Dans une vidéo, datant d'avril dernier, qui circule sur les réseaux sociaux, Rached Ghannouchi, le chef du parti islamiste au pouvoir, s’adresse à un groupe qu’il appelle «Al-chabab al-salafi » (la Jeunesse salafiste) pour leur expliquer qu’Ennahdha ne tient pas encore la totalité du pouvoir.

«Les médias sont entre leurs mains. L’économie est entre leurs mains. L’administration est entre leurs mains. Nous occupons la sphère supérieure, mais ils tiennent toujours les rouages. Le Rcd est en train de revenir. L’armée aussi est entre leurs mains. L’armée n’est pas encore sûre. La police aussi n’est pas encore sûre. Toute la chaîne de commandement est encore entre les mains des ‘‘ilmaniyins’’ (laïcs)», affirme-t-il.

Tout en tenant à rassurer ses auditeurs que la situation est néanmoins meilleure qu’ils ne pouvaient l’espérer («Vous pouvez créer des télévisions. Vous pouvez créer des radios. Vous pouvez construire des mosquées. Vous pouvez organiser des campements»), Rached Ghannouchi lance cet avertissement lourd de menaces: «Le nombre ne doit pas vous leurrer. Vous pouvez faire sortir 2.000 ou 10.000 personnes, mais vous vous trompez si vous pensez que cela est irréversible et qu’on ne peut pas revenir en arrière. En Algérie, en 1990, on avait pensé la même chose. On avait cru que le mouvement était irréversible. La suite on la connaît: les laïcs ont repris tout en main».

«Ghannouchi est salafiste et le salafisme et la démocratie ne se rencontrent jamais» (Mohamed Talbi, islamologue)

Voir aussi tous nos articles sur la Tunisie

13:49 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

12/09/2012

Tunisie: Ennahdha : la guerre des clans a-t-elle commencé ?

 

S’il y a un point positif à enregistrer pour l’actif du parti islamiste au pouvoir Ennahdha, ce serait bien la discipline de ses troupes. Tout le monde en convient, vue de dehors, la famille Ennahdha demeure unie et soudée. 
Mais depuis quelques semaines, il y a des signes montrant quelques fissures. Plusieurs différends entre les « clans » ont éclaté lors du congrès, mais rien (ou presque) n’a été étalé devant le grand public et aucun clan n’a stigmatisé l’autre sur les médias.  Il se trouve que ces derniers jours, ce « silence » n’est plus respecté.Lire l'article, riche en révélations, sur BusinessNews

Lire tous nos articles sur la Tunisie

11:51 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

28/08/2012

"Les musulmans savent bien que l'islam est éminemment politique" (Ghannouchi)

021082012180121000000015012011235207000000ghannouhrachedennheda.jpgRached Ghannouchi, le très influent président d'Ennahdha, prône le consensus autour d'une démarche participative pour remettre la Tunisie sur les rails et se pose en héraut d'un islamisme empreint de modernité et d'humanisme.

Lire l'article sur Jeuneafrique.comRached Ghannouchi : "Islam et politique sont indissociables" | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique 

14:51 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

25/08/2012

Les guignols tunisiens censurés par le gouvernement islamiste

AFP 24/08 (extrait)

"Le secrétaire général du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), Mongi Khadraoui a révélé jeudi que "la programmation des Guignols a été arrêtée à la suite de pressions indirectes des autorités". L'émission de marionnettes, qui était diffusée quotidiennement depuis à peine un mois sur Ettounissiya TV, traitait de manière satirique la vie politique, et visait particulièrement les dirigeants du pays et d'Ennahda.

Les responsables de la chaîne ne se sont pas prononcés sur le sujet, cependant le journaliste Sofiène Ben Farhat affirme qu'une campagne contre ces guignols avait été lancée dans les milieux islamistes. "Il y avait une campagne dans les mosquées, dans les prêches", a-t-il assuré." suite

00:28 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guignols, guignol tunisie, guignol tunisiens | |  Facebook | |

23/08/2012

L'aeroport de Tunis cogéré par une milice salafiste

Lu dans Présent :

"Le 7 août dernier, une soixantaine de touristes français [a débarqué] à l’aéroport Tunis Carthage. A peine leurs bagages récupérés, les femmes en tenue de vacances ont été prises à partie par… la police religieuse composée d’islamistes barbus. Des « pasdarans » à la manière de la police islamique iranienne. Des purs et durs. Tout ça sous le regard bienveillant des forces de l’ordre.

Devant un tel accueil qui ne ressemble en rien aux catalogues « cartes postales » des Tour Operator, des estivants français, sous le choc d’un tel « arriérisme », ne sont même pas sortis de l’aéroport et ont demandé leur rapatriement immédiat en France. [...]"


13:03 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

27/07/2012

Tout savoir sur Ennahdha (Frères Musulmans Tunisiens)

Un excellent site d'analyse actualise toute la documentation accablante sur le mouvement :

http://www.ennahdha-info.com

11:12 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

14/06/2012

Emeutes salafistes en Tunisie : notre fil actualisé

Une insurrection d'islamistes contre une exposition jugée "blasphématoire" a contraint le ministre de la culture Mehdi Mabrouk d' annoncer ce soir qu'il allait porter plainte contre les organisateurs de l'exposition "Printemps des Arts", dont des oeuvres jugées offensantes pour l'islam : les salafistes ont gagné. 

Addendum du 13.06 23h30 France 24 :  :

"Un étudiant de 22 ans, touché mardi par des tirs policiers lors d’affrontements entre salafistes et forces de l’ordre dans la ville côtière de Sousse (à 140 kilomètres au sud de la capitale), n’a pas survécu à ses blessures. Selon le correspondant de France 24 en Tunisie, Abderrazek Tabib, qui cite des sources hospitalières, Fahmi Alouni a été atteint de deux balles dans la tête. Originaire de la ville Tataouine (530 km au sud-est de Tunis), il vivait à Sousse pour faire ses études en informatique.Une vidéo postée sur Youtube montre comment le jeune homme a été évacué du lieu des échauffourées. Selon l’AFP, la police était en train de disperser un rassemblement d’une cinquantaine de salafistes et de casseurs qui tentaient d’incendier un poste de police": 

Les émeutes en direct: 

- AFP | 13/06/2012 | 14h01 
Un jeune homme de 22 ans est décédé mardi soir de ses blessures après avoir été atteint d'une balle dans la tête lors d'affrontements mardi entre des groupes salafistes et les forces de l'ordre, a-t-on appris mercredi auprès de l'hôpital. 

Business News 12/06 - 10h45

"Des affrontements ont lieu, à l’instant (10 heures du matin), dans les cités d’Ennogra, Intilaka et Mnihla, banlieue Ouest de Tunis. 
Des coups de feu ont été entendus et les forces de l’ordre essaient d’encercler les lieux
Pas loin de là, à la Cité Ettahrir, une tension extrême est ressentie avec un important mouvement de salafistes et des drapeaux noirs accrochés un peu partout. 
Dans les cafés, on n’entend que du coran en milieu de matinée et aux ronds-points, on ne voit que des salafistes, a constaté un habitant. "

Business News 12/06 12h :

"Des scènes de désolation et de chaos se sont produites dans la nuit du lundi 11 juin 2012, à La Marsa, mais aussi à Carthage et au Kram. 

Un groupe de salafistes s'est en effet déplacé à nouveau à Marsa-Ville pour, selon des témoins, s'attaquer au Palais Abdellia. A quelques centaines de mètres, le poste de police a été saccagé, les fenêtres et l’enseigne ont été cassées. A Carthage Byrsa, on nous informe que le poste de police a été incendié. Pour des raisons de sécurité, le Plug, un des bars de La Marsa, a été évacué vers minuit. (...)Plusieurs véhicules des forces de l'ordre ont pris place, sans pour autant parvenir à stopper les casseurs. "Que voulez-vous qu’on fasse ? Ils sont allés jusqu’à détruire le poste de police, nous essayons de les encercler pour les empêcher d'avancer", lance un des policiers. " (...)Du côté de Carthage, la tension est à son comble. Aux alentours du Palais présidentiel, les militaires se déploient. Des agents de la circulation sont sceptiques : "Vous pensez réellement que les militaires vont faire quelque chose?", ironise-t-il. " source

L'identité des incendiaires :

- Le jeune Imam salafiste Abou Ayoub Ettounsi  s’est adressé, dans une nouvelle vidéo (ci-dessus) datée du 11 juin 2012, aux salafistes ainsi qu’à tous les musulmans de la Tunisie, pour leur donner rendez-vous le vendredi 15 juin après la prière, pour un soulèvement populaire.
C’est ce même Abou Ayoub qui a appelé, dans une vidéo datant d’octobre 2011, les salafistes à attaquer le siège de la chaîne de télévision NessmaAbou Ayoub a conclu par une citation coranique appelant au «Jihad», citation connue pour servir de conclusion aux messages du mouvement d’Al Qaïda.
 

316144_300615989956330_100000237943009_1126579_1099469933_n.jpg

- Ridha Belhaj (photo), porte-parole du Parti Ettahrir a affirmé, dans une interview accordée à Assabah News mardi 12 juin 2012, que les troubles perpétrées par les salafistes résultent des provocations des libéraux et des laïcs à l’encontre des salafistes. M. Belhaj a ajouté que ces incidents représentent un message d’avertissement envers le gouvernement trop complaisant. Ces troubles continueront et s’accentueront, selon M. Belhaj, jusqu’à ce que le gouvernement se décide enfin à décréter une loi incriminant toute atteinte au sacré.

- Ayman Al-Zawahiri, chef d'Al-Qaida, a lancé lundi un appel pour que la charia soit imposée strictement en Tunisie. Le drapeau d'Al-Qaida est brandi par les salafistes, et Ettounsi le place derrière lui dans ses interventions filmées.

Lire aussi le "coup de gueule" du journaliste Ridha Kéfi contre le ministre de l'Intérieur sur Kapitalis 

00:04 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

10/06/2012

Des salafistes violents tunisiens enfin arrêtés, et un barbu lynché.


"Trois salafistes accusés d'avoir violemment agressé une personne à la cité 3 août au Kef, ont été arrêtés samedi 9 juin 2012, ont indiqué des témoins oculaires.Un important dispositif de sécurité a été déployé dans le quartier pour arrêter ces éléments, ont affirmé des habitants au correspondant de l'agence TAP.

« Les forces de l'ordre ont sauvé un quatrième salafiste d'une mort certaine après avoir été pris à parti par une dizaine de personnes qui l'accusaient de terroriser les habitants du quartier », a-t-on indiqué de même source.

Interrogée à ce sujet, une source sécuritaire de haut niveau a refusé de commenter l'incident, confirmant que des arrestations ont eu lieu samedi dans la région sans donner plus de détails."


Lire tous nos articles sur la Tunisie


Lire aussi une analyse du Salafisme par le professeur de l'Université de Tunis Yadh Ben Achour

21:22 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

04/06/2012

Les idées du Frère Musulman Ghannouchi ont gagné: un converti au Christ égorgé en Tunisie

Alors que l'islamiste -dit modéré par les médias français- Rached Ghannouchi, chef des Frères Musulmans tunisiens d'Ennahda vient d'affirmer que «l’abolition de la peine de mort est contraire aux préceptes de la Chariâa islamique». (source: Business news) , il se trouve que certains de ses compatriotes ont très bien compris le message en appliquant la peine prévue par Mahomet pour les apostats. L'émission « Egypt Today » animée par le journaliste égyptien Tawfiq Okasha a révélé un document vidéo le 1er juin où un ex-musulman converti au christianisme, subit un égorgement.

 Nous jugeons utile de diffuser un tel document car il s'agit de la réalité de l'islam, une réalité juridique (Le prophète a dit: "celui qui quitte sa religion, tuez le!" - Sahih Bukhari 6411 [Tradition Authentique sunnite] ) et une réalité pratique :

Le narrateur musulman cite et condamne spécifiquement "al-mushrikin" [les païens] et qualifie l’homme exécuté de mushrik – c’est-à-dire de polythéiste –, de fait, il le traite de mushrik murtadd un « apostat du polythéisme ». Les salafistes et les islamistes se réfèrent constamment aux chrétiens comme des polythéistes car ils « associent » Jésus à Dieu. 

Lire en complément. Exclusif: les écrits islamistes de Rached Ghannouchi traduits en français

Voir aussi tous nos articles sur la Tunisie

20:47 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

25/05/2012

"Nous sommes tous Osama [Ben Laden]" / salafistes tunisiens.

11:40 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

23/05/2012

Tunisie: des islamistes agressent le personnel d'une radio

Lu sur Businessnews du 23 mai :

"Un groupe d'une cionquantaine d’individus, barbus, ont fait irruption, mercredi 23 mai 2012, dans les locaux de la Radio régionale de Sfax et ont semé la terreur en s’en prenant violemment au personnel de la radio. Une femme enceinte, prise à partie, se trouve dans un état grave.
Un climat de confusion règne, en ces moments mêmes, sur les lieux en attendant l’arrivée des secours des forces de sécurité appelées d’urgence. La raison de l'irruption est la contestation, par ces personnes, d'une information diffusée ce matin sur les ondes de la radio que ces individus ont jugé erronée"

Lire toutes les archives sur la Tunisie.

21:51 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

09/05/2012

Tunisie: les salafistes agressent (encore) un groupe d'étudiants

tahrir12.jpg

Lu sur le média tunisien Kapitalis du 8 mai :

 «Des salafistes ont agressé des étudiants, traité les étudiantes de tous les noms, menacé, au nom de la chariâ de Sejnane, de couper la tête aux uns et aux autres, et ceci s’est déroulé au vu et au su des forces de sécurité»…

Par Zohra Abid


C’est ce qu’a raconté Aziz, lundi, en début d’après-midi, à ses collègues de travail. C’est en tout cas sa version et celle de ceux qui étaient à bord d’un bus d’étudiants attaqué et pris d’assaut dimanche par un groupe de personnes déchaînées.

Comme dans un film d’horreur

Aziz était dans tous ses états. Car, dans l’excursion organisée par l'Institut supérieur des sciences biologique appliquées (Issbat), il y avait sa sœur cadette. «A la demande des étudiants en sciences qui effectuaient une journée d’étude, le bus qui allait à Tabarka s’est arrêté à mi-chemin dans la région de Sejnane. Tout à coup, un groupe de salafistes a attaqué le bus, agressé les étudiants et terrorisé les étudiantes en leur lançant de gros mots», ajoute Aziz.

Sous le choc, et à leur retour, les étudiants ont partagé le lendemain sur les réseaux sociaux leur mésaventure avec, selon eux, les salafistes de Sejnane qui disent être dans leur fief et que cette région n’appartient plus à la Tunisie, mais à un émirat musulman et indépendantLire la suite sur Kapitalis

Lire aussi sur kapitalis:

"Des Salafistes de Sejnène ont attaqué, samedi, des journalistes tunisiens et français (France 2, France 24, la Presse de Tunisie, Libération...). La police présente sur les lieux n’a pas bronché." Lire

12:48 Publié dans 23- TUNISIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |