22/08/2007

La plus grande institution islamique mondiale, l'Université Al-Azhar, est ouvertement criminelle.

   Contredisant les déclarations récentes du Grand Mufti d’Egypte, Ali Gomaa, dictées par la diplomatie, selon lesquelles un musulman pourrait soit-disant se convertir au christianisme sans encourir de sanctions terrestres, le Recteur de l’Université islamique d’Al-Azhar, institution multiséculaire formant des centaines de milliers d’imams, vient de confirmer l’effectivité de la peine de mort pour les apostats. Mardi 21 août 2007 une fatwa (sentence religieuse) a condamné à mort un jeune de 25 ans, Mohamed Hegazy, et sa femme, qui ont embrassé le christianisme. La fatwa a été lancée par le recteur de la faculté d’études islamiques de la prestigieuse université, Mohammed Tantaoui.

  L’agence de presse du Vatican (Zenit) rapporte : « Militant politique, Mohamed Hegazy avait abandonné l’islam à l’âge de 16 ans, et il a maintenant demandé que le changement de religion soit enregistré sur sa carte d’identité. Constamment menacé, le jeune couple est condamnné à vivre dans la clandestinité. » 

   Le quotidien gouvernemental égyptien Al-Messa, affirme que selon un sondage réalisé par ses soins, tous les oulémas sont unanimes sur la «nécessité de tuer l’apostat»

 

   Plus grave dans mon livre « L’islamisation de la France »,  page 163, j’ai abordé la folie de la collaboration entre le Ministère français des Affaires étrangères et le Ministère des cultes avec l’Université d’Al Azhar :

« La mosquée égyptienne Al-Azhar va former des imams français » titrait le journal Le Monde le 2 octobre 2005. Philippe Douste-Blazy, lors de sa visite en Egypte du jeudi 29 septembre fut accompagné du recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, afin d’y rencontrer le cheikh Mohammed Tantaoui qui, on l’a vu, perçoit l’Arabie Saoudite comme un modèle en matière de droits de l’homme. Le grand quotidien rapportait alors que « selon un conseiller de l'imam, Ali Al-Samman, l'objet de cette rencontre à huis clos, dont il n'a été donné aucun compte rendu officiel, était la mise en place d'un "projet de coopération" entre leurs deux institutions, ayant pour cadre la lutte contre l'islamisme radical (SIC). "Il s'agit d'organiser la formation d'imams français à Al-Azhar et d'envoyer des imams égyptiens d'Al-Azhar enseigner dans les écoles Coraniques françaises," affirme M. Al-Samman. 

   Dalil Boubakeur, président du CFCM et réputé modéré, a déclaré au journal Le Monde avoir besoin « d'imams de qualité, formés par des établissements de qualité. Al-Azhar offre le meilleur niveau d'enseignement et ce, depuis très longtemps »[1]

   Pour en savoir plus : le chapitre 4 de mon livre est entièrement consacré à l’université d’Al-Azhar, le chapitre 7 au versatile Dalil Boubakeur.


[1] Le Monde, 2/10/2005

20:00 Publié dans 02- COMPRENDRE L'ISLAM | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, ps, mpf, modem, france, politique, royal | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.