03/10/2008

Le Père Samuel acquitté face aux "antiracistes"

60125907_2e615114e8.jpg

   Le tribunal correctionnel de Charleroi vient d'acquitter le Père Samuel, établi à Montignies-sur-Sambre (Belgique) et poursuivi pour « incitation à la haine raciale ».

  Le père Samuel, avait fait l'objet d'une plainte du Centre pour l'Egalité des Chances et la Lutte contre le racisme, alerté par des journalistes de la RTBF qui avaient recueilli des propos islamophobes lors d'un reportage sur le personnage. Il lui était reproché d'avoir tenu en 2002 des propos « incitant à la haine raciale » et d'avoir diffusé des écrits allant dans le même sens, par le biais de son ouvrage « Les versets angéliques ».

  Pour le parquet, les faits d'incitation à la haine raciale étaient bien établis, et le droit à la liberté d'expression ne pouvait être retenu. La partie civile avait mis en exergue le fait que le père Samuel avait notamment affirmé :

« lorsqu'un enfant musulman né, il né une bombe potentielle  pour l'Occident car Mohammed à dit « Le paradis se trouve à l'ombre de la lame ». » et

« une nouvelle mosquée est plus dangereuse qu'une nouvelle centrale nucléaire »

« Bâtir une mosquée ici en Europe, c'est pire que les SS-20 soviétiques. »

   Dans ses attendus, la juge, honnête,  a elle bien compris que « les propos virulents » tenus alors par le Père Samuel avaient été dits, comme l’observait un journaliste qu’elle cite, « en réaction contre les extraits les plus belliqueux du Coran ainsi que des paroles de Mahomet et les offensives historiques du monde musulman contre la chrétienté au fil des siècles » et que par conséquent ces propos ne visaient pas, comme le soutenait le Centre, les Arabes et les immigrés « mais bien les musulmans nommément cités », c’est-à-dire « ceux qui pratiquent la religion islamique ».

  Le Père Samuel est né en 1942 en Turquie orientale. Ordonné prêtre au Liban en1967 selon le rite syriaque catholique , le jeune Samuel Ozdemir exerce ses fonctions pastorales dans différentes villes de Turquie, d'abord à Mardin et Diyarbakır (sud-est du pays) puis à İstanbul. À cette époque, il voyage en Europe, où il dénonce les conditions de vie difficiles et humiliantes des minorités chrétiennes de Turquie. Ses déclarations ayant suscité la réprobation des autorités turques, le Père Samuel doit s'établir au Liban, pays qu'il se voit bientôt contraint de quitter aussi en raison de la guerre civile qui vient alors d'éclater.

  Furent présent à son procès la grande islamologue française Anne-Marie Delcambre (bibliographie), qui a pris publiquement sa défense en s'exprimant face aux journalistes à la sortie du tribunal.

  Johan Bourlard, spécialiste de l'islam, auteur de Le Jihâd, les textes fondateurs de l'islam face à la modernité, préfacé par l'universitaire Marie-Thérèse Urvoy, était lui aussi venu soutenir le prêtre face à la meute.

  Voir un reportage de la télé belge sur le Procès puis regarder le reportage des amis du Père Samuel laissant au Père le temps de s'expliquer, appuyé par Anne-Marie Delcambre. (bas de la page).

Le site officiel du Père Samuel.

21:31 Publié dans 30- RESISTANCE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.