11/05/2011

Rapprochement historique entre Al-Azhar et les Frères Musulmans

 L'idée reçue selon laquelle "l'islamisme n'est pas l'islam" prend encore du plomb dans l'aile avec le rapprochement du plus grand mouvement islamiste mondial avec la plus grande Université islamique mondiale. La presse française occulte sans surprise cette information de grande importance.

entrer des mots clefs entrer des mots clefs

Le média égyptien Al-Ahram rapporte  ce qu'il décrit comme une "première en son genre" soit une rencontre entre les Frères Musulmans (FM) égyptiens et des dirigeants d'Al-Azhar :

"Lors d'une réunion entre le Grand Imâm d' Al Azhar, Ahmed El-Tayeb, et les chefs des Frères musulmans a été discutée la nécessitée de construire un discours islamique unifié. La réunion a été suivie par Ahmed El-Tayeb, Grand Imam d'Al-Azhar, Abdallah El-Husseini, chef des fondations religieuses, Osama El-Abd, dirigeant de l' Azhar, Mohamed Badei, guide suprême des Frères Musulmans (FM), Mahdi Akef, ancien guide suprême des FM , Abd El-Rahman El-Barr, membre du bureau d'orientation des FM et professeur de l' Azhar. Après la réunion, qui a duré une demi-heure, El-Tayeb a déclaré que le MB ont toujours été proches d'Al-Azhar, mais que les circonstances passées ( note: comprendre la situation politique avec le contrôle de l'Azhar par Mubarak, qui nommait le doyen) ne permettaient pas de telles réunions. Il a ajouté que la réunion a eu pour sujet l'importance de parvenir à une homogénéisation du discours islamique, modéré, face  aux revendications de certains mouvements islamistes." (note: compendre les plus extrêmistes prônant l'action directe terroriste) "

Après le rapprochement avec l'Arabie Séoudite et l'intégration du cheikh Qaradawi dans son Conseil de la recherche en juillet 2008 (ce dernier étant pro-Hamas et enseignant la nécessité de tuer les apostats et les homosexuels), la prestigieuse université, une référence dans le monde sunnite, fondée en 970 et formant des dizaines de milliers d'imâms chaque année, poursuit sa radicalisation. Alors ministre des Affaires étrangères, Douste-Blazy souhaitait établir un partenariat entre Al-Azhar et la France afin de dépêcher des professeurs de l'Azhar former les imâms en France. Un déplacement officiel au Caire avait même été organisé le 29 septembre 2005 , où Dalil Boubakeur qui accompagnait le ministre affirma que l'institution  offre "le meilleur niveau" (Le Monde- 2 septembre 2005). Ce projet de partenariat tomba finalement à l'eau. L'Italie fit l'amère expérience du "meilleur niveau" de  l'Azhar avec l'imâm de Rome justement diplômé de cette université, Ibrahin Moussa, qui officiait depuis février 2003 : il fut expulsé après avoir prononcé une série de sermons enflammés contre  l'Occident, les Juifs et soutenant les djihadistes "du monde entier"...Son expulsion (suivie par les expulsions des imâms de Crémone, Florence, Naples et Bologne pour les mêmes raisons !) fut médiatisée dans la presse italienne et espagnole, mais fut passée sous silence en France. Encore pour ne pas égratigner l'enseignement, largement répandu dans les IEP, selon lequel "l'islam n'est pas l'islamisme" ?

Joachim Véliocas. Observatoire de l'islamisation, mai 2011

14:08 Publié dans 23- EGYPTE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.