04/01/2013

Paris a empêché que le Hezbollah figure sur la liste européenne des organisations terroristes, affirme « Maariv »

Le gouvernement Français n'ose pas qualifier le Hezbollah, dont le drapeau a maintenant l'habitude de défiler dans des manifestations musulmanes à Paris, d'organisation terroriste. La lâcheté face aux islamistes a atteint un sommet étatique. N'oublions pas les victimes françaises d'un des premiers "faits d'armes" du mouvement totalitaire chiite.


L'Orient le Jour du 04/01/2013 :

"Les efforts déployés récemment par les Israéliens en vue de pousser les pays européens à placer le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes « ont échoué », a annoncé hier le quotidien israélien Maariv. Cet échec s’explique par la position de la France qui s’oppose à une telle initiative, précise l’article en question. Le quotidien a souligné que l’objection française est venue s’ajouter à la décision prise par le gouvernement bulgare de reporter la publication des résultats relatifs à l’explosion qui avait visé un bus de tourisme israélien à Burgas, en Bulgarie, au mois de juillet dernier. Le report a été motivé par le fait que l’enquête n’est pas parvenue à des preuves pouvant incriminer le Hezbollah dans cette opération.
Maariv, qui cite des sources israéliennes, souligne que Tel-Aviv a déployé des efforts particuliers ces dernières semaines afin d’inciter les Européens à se dépêcher de placer le parti chiite sur la liste noire, tablant ainsi sur la dégradation de la situation en Syrie et dans le but d’affaiblir le Hezbollah au Liban.
 
« Alors que les États-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne soutiennent la requête israélienne, la France, elle, s’y oppose fermement », écrit le journal qui ajoute qu’à défaut d’unanimité, l’Union européenne n’est pas parvenue à une décision en ce sens." (source)

Lors d'une conférence de presse, le chef des Forces libanaises Samir Geagea a le 14 novembre dernier  a rappelé l’implication de quatre membres du Hezbollah dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri (sunnite) le 14 février 2005, de l’implication d’un autre membre du parti dans la tentative d’assassinat du député Boutros Harb (maronite) et de la découverte de documents syriens impliquant le Hezbollah dans l’assassinat en décembre 2005 du député Gebran Tuéni (grec-orthodoxe), Samir Geagea a dressé la liste terrible des assassinats du Hezbollah. Liste qui implique des Chrétiens comme des Musulmans libanais, des communistes mais aussi des Américains et des Français… De cette liste je ne citerai que les actes touchant la communauté internationale et en particulier les Américains et les Français : le 18 avril 1983, attentat contre l’ambassade américaine (63 tués) ; 23 octobre 1983, attentat contre le siège des Marines à Beyrouth (près de 200 tués) ; 23 octobre 1983, attentat contre le siège du contingent français de la Force multinationale (Drakkar, 58 soldats français tués) ; 14 juin 1985, détournement d’un avion de la TWA (un passager tué) ; 18 septembre 1986, assassinat du colonel Christian Goutière, attaché militaire près l’ambassade de France…

Paris a donc oublié le colonel Goutière ? Ses paras du Drakkar ? Ou Paris a-t-il peur d’un Drakkar bis ?" 

Dernières illustrations du mouvement :

- En avril 2009, l'Égypte accuse le Hezbollah de préparer un attentat contre des touristes israéliens dans une station balnéaire du Sinaï. Des membres du Hezbollah sont arrêtés en territoire égyptien, les services secrets égyptiens affirmant que ces membres avaient en leur possession des explosifs et des armes. Neuf personnes ont été inculpées par un procureur égyptien. Dans un journal d'État, Nasrallah est traité de « criminel qui ne connaît aucun remords » et de « cheikh-singe » (source: Egypt: Hezbollah targeted Israeli tourists in Sinai [archive] , Ha'aretz, 13 avril 2009.)

- Le 28 avril 2010, 26 hommes dont 4 en fuite sont condamnés à des peines allant de la perpétuité à six mois de prison pour avoir projeté des assassinats et planifié des attentats contre des sites touristiques et des navires empruntant le canal de Suez. Hassan Nasrallah déclare que « Ces jugements sont un honneur pour ces nobles frères de la résistance »(source:  Hezbollah condamné: un "honneur" [archive], AFP, Le Figaro, 29 avril 2010)

01:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.