Accueil | Mosquées existantes | La mosquée de Pantin ferme…mais pourra rouvrir avec un simple changement d’imâm

25 novembre 2020 | Mosquées, Mosquées existantes

La mosquée de Pantin ferme…mais pourra rouvrir avec un simple changement d’imâm

Le référé déposé par la Fédération des Musulmans de Pantin, affiliée à l’Union des associations musulmanes du 93 (UAM93), a été tranché par le Conseil d’Etat.

Les «propos tenus par les responsables de la Grande mosquée de Pantin et les idées ou théories diffusées en son sein, [ils] constituent une provocation, en lien avec le risque de commission d’actes de terrorisme, à la violence, à la haine ou à la discrimination» et sont de nature à justifier la fermeture du lieu de culte, selon le juge des référés du Conseil d’État.

Le juge reproche en premier lieu la diffusion, le 9 octobre, de la vidéo d’un père d’élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) indigné après un cours sur la liberté d’expression dispensé par Samuel Paty, «ainsi que d’un commentaire mentionnant sur ce même compte l’identité de ce professeur». Cette vidéo avait été à l’origine de l’engrenage qui a conduit à l’assassinat du professeur d’histoire-géographie, le 16 octobre.

Le juge fait également valoir que l’imam en poste au moment des faits, qui s’est depuis «retiré de ses activités», «a été formé dans un institut fondamentaliste du Yémen», «que ses prêches sont retransmis (…) sur un site internet qui diffuse des fatwas salafistes de cheikhs saoudiens» et «qu’il est impliqué dans la mouvance islamiste radicale d’Ile-de-France».

Autre argument avancé, la mosquée de Pantin «est devenue un lieu de rassemblement pour des individus appartenant à la mouvance islamique radicale dont certains n’habitent pas le département de Seine-Saint-Denis et ont été impliqués dans des projets d’actes terroristes».

Le juge précise toutefois que la fédération pourra «demander la réouverture du lieu de culte lorsqu’elle estimera avoir pris les mesures de nature à prévenir la réitération des dysfonctionnements constatés, notamment par le choix des imams autorisés à officier, l’adoption de mesures de contrôle effectif de la fréquentation de la mosquée et des réseaux sociaux placés sous sa responsabilité».

Il ne s’agit donc nullement d’une dissolution comme l’écrit à tort le Figaro, car la Fédération des musulmans de Pantin existera toujours, et demandera bientôt la réouverture une fois qu’un nouvel imâm maitrisant mieux la dissimulation aura été choisi et que quelques ultra auront été écartés. Mais étant donné la nature extrémiste de l’UAM93 , voir cet article « Le jihâd du niqab » publié sur son site, la perspective d’une régularisation ne garantira rien. D’autant que le président de la FMP, M’hammed Henniche, est le secrétaire-général de l’UAM93 !

Dans notre enquête Mosquées Radicales (DMM,2016), nous avons exposé les prises de positions ultra-radicales de la fédération UAM93 qui regroupe 30 mosquées de Seine-Saint-Denis, dont Pantin, qui, sur son site Internet officiel, défend le port du niqab et élève la Charia au dessus des lois de la république, le tout avec une tonalité très agressive :

« Sur son site, des articles commentant l’actualité et prenant des positions ne laisse aucun doute sur sa radicalité. Dans une « Lettre ouverte aux pseudos musulmans qui renforcent les non musulmans» l’auteur affirme clairement que si une loi est votée afin d’interdire la burqa, elle ne sera pas considérée comme légitime car en contravention avec la Charia (Loi de Dieu) :

« Ultime provocation, on exige des Musulmans d’opter sans réserves pour les lois (humaines) de la République et de renoncer aux Lois de Dieu, sous peine de sanctions. Mais, liberté de penser oblige, rien n’oblige à adhérer à une quelconque loi quand bien même elle serait votée par une majorité d’inconscients (…) En conclusion, les grands muftis de la République laïque pourront toujours aboyer cela n’empêchera pas la caravane islamique de continuer son chemin jusqu’à sa destination finale. »

” Les démocrites “ est un néologisme employé dans le texte qui trouve son explication en note de bas de page : “Démocrites (d’hypocrite) et non démocrates comme ils le clament à hauts cris“…la catégorie des hypocrites est vouée aux gémonies dans le Coran.

L’auteur de cet article et principal contributeur des contenus du site de l’UAM93 se nomme Daniel Youssef Leclerc. Converti à l’islam en 1984 par le mouvement Tabligh, il créa l’association Intégrité. Leclerc, vieux routier de l’islamisme hexagonal, fut désigné membre permanent de la Ligue islamique mondiale (LIM) en 1999, instrument de l’Arabie Saoudite. Interrogé en 1992 par Jean-Paul Mari, un journaliste du Nouvel Observateur, Leclerc alors président de la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF, intégrée au CFCM), avait déclaré que « Si demain on avait une majorité dans ce pays, pourquoi est-ce qu’on imposerait pas la Charia progressivement ? Ca vous dérange? Tant pis !»

Déjà, à l’été 2012, l’UAM93 avait complaisamment relayé un communiqué de “145 musulmanes et musulmans de la Réunion ayant toutes et tous étudié la théologie musulmane” justifiant clairement le port de la burqa :

« Le Niqâb (voile intégral) est bien un élément religieux et cultuel : ce n’est pas seulement un habit traditionnel ou culturel. Nous trouvons, de ce fait, très dommage que certaines personnes en décrètent le contraire au nom de l’islam.Nous tenons à exprimer notre vive inquiétude par rapport à cette nouvelle stigmatisation »

Dans un autre article de combat contre la république intitulé “Le niqab supérieur à jamais au dévoilement du visage” le 12 octobre 2012, on lit :

La République a beau répéter et placarder partout que son idole avait le visage dévoilé , les vrais Musulmans n’en ont que faire. Leur foi implique, en effet, la croyance au fait que l’Omniscient, le Sage, Celui qui connaît intimement Ses créatures sait mieux ce qui est bon pour eux.(…)Le Coran nous enseigne que Dieu, dans son infinie miséricorde, a révélé une multitude de législations poursuivant les mêmes fins bien que divergentes sur les moyens à mettre en œuvre. Sa dernière législation, la voie (sharia) islamique, intervient à un stade d’avancement intellectuel de l’humanité tel qu’elle demeure valable selon toutes les époques et tous les contextes géographiques, sociétaux, etc. »

Dans un article du 12 août 2013, l’éditorialiste de l’Union des associations musulmanes du 93, Youssouf-Leclerc n’y alla pas de main morte pour caricaturer la police républicaine, et incite les musulmans à ne pas se plier à la loi d’interdiction de la burqa. Extrait:

“Monsieur Toutlemonde reproche surtout à ceux qui sont chargés de la sécurité publique d’user de mensonges, de mystifications, d’intimidations, d’humiliation, d’arbitraire, d’abus de pouvoirs, de comportements racistes, de brimades, d’écoutes illégales, de traquenards, méthodes jadis réservées aux seuls malfrats…La frontière que les séparent est parfois tellement mince qu’on a désormais peine à les différencier. Mais, il paraît que pour prendre pleinement conscience du déficit de psychologie et d’humanité des agents chargés des contrôles, des verbalisations et des investigations, il suffit de se pencher sur leur cursus scolaire et sur les critères de recrutement de l’administration policière.(…)

Il est loisible à ceux qui acceptent d’en assumer les conséquences financières ou judiciaires de refuser de se conformer aux lois (humaines) qu’ils estiment mauvaises, injustes, excessives, ou discriminatoires. Cependant, le fait de ne pas se soumettre de bon gré aux contrôles outranciers ou au faciès des « forces de l’ordre » est interprété illico comme une rébellion et un outrage envers l’Autorité Publique[4]

La focalisation sur la défense du voile intégral atteint son paroxysme dans un article intitulé avec provocation « Le jihâd du niqab» toujours en ligne à l’été 2016 :

« Comme l’ont fort bien remarqués les responsables politiques ainsi que les journalistes, le port du niqab en France est l’objet d’une guerre sans merci entre les forces républicaines et celles des musulmans. Derrière les prétextes relatifs à la sécurité, à l’égalité hommes-femmes, à la participation à la vie sociale, se cache une lutte plus insidieuse relative à la visibilité d’une religion considérée comme exogène et proposant un mode de vie alternatif à celui de l’Occident matérialiste.(…) Aussi, les femmes qui continuent ou qui commencent à le porter et à ainsi essayer de parfaire leur Tawhid (en ne craignant que Dieu et non les forces de l’ordre, en plaçant avant tout leur confiance et leur espoir en Lui, en ne portant dans leurs cœurs que Sa Législation) sont les véritables « mujahidat » d’aujourd’hui. Leur voile secoue la société plus que tous les discours, plus que tous les actes de prosélytisme et plus que la menace de n’importe quelles armes. Leur voile révèle l’hypocrisie de beaucoup de personnes s’affirmant musulmanes et dévoile le véritable visage ainsi que le vide sentimental de nos ennemis. Chaque journée de plus où elles le portent est une baffe donnée à l’athéisme et au matérialisme ambiant, un coup de pied donné à l’injustice des lois humaines »

 La dichotomie entre « forces républicaines » et « forces musulmanes » insinuant qu’il ne peut y avoir de musulmans parmi les républicains, relève du même manichéisme que la propagande de l’Etat Islamique s’efforçant d’embrigader tous les musulmans dans une haine de la France mue par un délire paranoïaque de persécution.

Malgré tous ces articles teintés de radicalisme, bien connus des observateurs depuis des années, l’UAM93 est courtisée par tous les responsables politiques avant chaque élection. Mohammed Henniche se réjouit de la qualité de ses relations avec Valérie Péceresse en mars 2016 : «Nous avons un bon contact avec elle, depuis qu’elle a été ministre de l’Education. Elle est venue nous voir quatre à cinq fois et pas pour nous rappeler qu’il faut respecter la laïcité, mais pour nous dire de nous battre pour avoir notre place dans la République. Elle a exprimé son refus d’interdire le voile à l’université !».

Dans un communiqué du 12 mars 2016, le président de l’UAM-93 Hassen Farsadou, soutien des Frères Musulmans, se réjouissait de la rencontre avec tous les ténors de la primaire des Républicains :

 « Le mardi 1er mars 2016, l’UAM-93 a reçu Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, députée et présidente du groupe Les Républicains au Conseil de Paris.

Une semaine avant l’officialisation de son entrée dans les primaires, Mme Nathalie Kosciusko-Morizet a souhaité rencontrer des responsables de la communauté musulmane pour partager ses idées et sa vision pour un meilleur vivre-ensemble avec comme mot d’ordre “la stigmatisation des musulmans ça suffit !”.

Dans un échange franc et extrêmement enrichissant, Mme Nathalie Kosciusko-Morizet a pu présenter plusieurs propositions qu’elle souhaite défendre à l’occasion des primaires :

  • une taxe halal pour assurer le financement du culte musulman et son indépendance, 
  • formation des imams de France dans l’Alsace en profitant du cadre du concordat 
  • une valorisation de l’enseignement de la langue arabe, 
  • la lutte contre la stigmatisation des musulmans de France, etc. 

Au sein de l’UAM-93 nous avons apprécié la qualité de cet échange et le volontarisme de la désormais candidate aux primaires de la droite et sa bonne maitrise des problématiques liées à l’islam et aux musulmans de France.

Lire la suite dansMosquées Radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM, 2016).