01/10/2014

Lyon: Cazeneuve soutient le projet d'institut islamique radical avec nos impôts

Capture d’écran 2014-10-01 à 12.59.45.png

Lu dans Metro du 1er octobre :

"RELIGION – C'est ce qu'a annoncé ce mardi le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, lors de sa venue à Lyon à l'occasion de la célébration des vingt ans de la Grande Mosquée. Le montant du projet est estimé à 8 millions d'euros.

Un joli cadeau d'anniversaire. Présent à Lyon ce mardi à l'occasion de la célébration des vingt ans de la Grande Mosquée de Lyon, Bernard Cazeneuve, a fait part du soutien de l'État au projet d'un grand centre culturel musulman.

"Il serait fort heureux que Lyon dispose à son tour d'un lieu voué à la connaissance et au rayonnement de cette immense culture", a déclaré le ministre de l’Intérieur. Je crois que la richesse de la civilisation musulmane doit être mieux connue et mieux diffusée en France", a-t-il ajouté.

Le recteur de la Grande Mosquée, Kamel Kabtane, milite depuis de longues années pour la construction d'un Institut français de civilisation musulmane (IFCM), lequel serait adossé à l'édifice religieux créé il y a vingt ans dans le VIIIème arrondissement de Lyon. ( Cette mosquée invitait le leader salafiste Abdelkader Bouziane avant son expulsion en 2004 pour "relation avec des organisations prônant des actes terroristes" selon le renseignement, et ses déclarations justifiant le battage des femmes.)  Les collectivités locales ont quant à elles déjà promis une aide financière à ce projet dont le montant est estimé à 8 millions d'euros mais elles attendent un engagement chiffré de la part de l'État."

Article intégral

13:14 Publié dans 09 - MOSQUEES EN PROJET | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les supporters du club de Casablanca scandent des louanges à "Daesh" et au Jihâd (vidéo)

L'arabisant Romain Caillet de l'Institut Français du Proche Orient (bio) rapporte cette nouvelle inquiétante sur son compte twitter :

Capture d’écran 2014-10-01 à 01.57.19.png 

Une banalisation inquiétante de l'attraction pour l'Etat islamique chez les jeunes maghrébins.

02:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

30/09/2014

Grand cadi d'al-Andalus, le grand père d'Averroès exigea la déportation des chrétiens

51nlVCvUOkL.jpg

Professeur de pensée et civilisation arabes à l'université de Toulouse-II, Dominique Urvoy est l'auteur de nombreux ouvrages, dont Les Penseurs libres dans l'Islam classique (Albin Michel, 1996), Histoire de la pensée arabe et islamique (Seuil, 2006). Il revient dans sa biographie d'Averroès (Ibn Rushd) sur l'attitude de son grand-père vis-à-vis des chrétiens andalous, alors qu'il est le gardien de l'orthodoxie musulmane de par sa fonction :

Lire la suite

18:16 Publié dans 02- COMPRENDRE L'ISLAM | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : averroès | |  Facebook | |

Joachim Véliocas analyse les liens France-Qatar-Espagne-Arabie Saoudite pour le quotidien polonais Nasz Dziennik

Capture d’écran 2014-09-30 à 11.03.58.png

Article paru dans Nasz Dziennik du 27 septembre 2014 (lien)

La mansuétude de nombreux politiciens français, et non des moindres, envers les prétentions des états orientaux ayant l’islam pour religion officielle se lit à la lumière des enjeux économiques et des partenariats géostratégiques. Si la France n’a pas de liens aussi étroits que les Etats-Unis avec l’Arabie Saoudite, ses grandes entreprises y sont fortement implantées et la dimension des contrats impressionne.

 « L’Arabie saoudite demeure notre premier client sur la période 2003-2012 » indique le dernier rapport au Parlement sur les exportations d’armement de la France. Sur les dix dernières années, elles se sont élevées à 7 milliards d’euros. Depuis la déstabilisation de la région suite aux révolutions arabes, les commandes n’ont jamais été aussi élevées. Ainsi, six frégates vont être vendues ces prochaines années au royaume wahhabite pour un montant de 15 milliards d’euros, et une aide de 3 milliards au Liban va pouvoir permettre à ce dernier de moderniser ses équipement dans un contexte de tensions avec ses voisins.

 On comprend donc à cette lumière l’engagement matériel de la France aux côtés de l’Armée Syrienne Libre (ASL), officialisé cet été par François Hollande alors que la presse internationale avait depuis longtemps évoqué ce partenariat. Loin d’être islamiquement modérée, l’ASL comprend des brigades jihadistes avérées, s’appelant Muawiya, Yazid, Abou Ubayda Jarrah, Ibn Taymiyya, Ibn Kathir, la brigade turkmène « Yavuz Sultan Selim » du nom du sultan-calife ottoman qui, au XVIe siècle, massacra alévis, alaouites et chiite. La plus grosse composante de l’ASL est la brigade al Farouq, dont la cruauté n’a rien à envier au Jabhat al Nosra.

Lire la suite

11:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : joachim, veliocas | |  Facebook | |

Quimper: manifestation contre une mosquée monumentale turque.

affichage-images-2013-Manif-Quimper-006-500x330.jpg

29/09/2014 – 14H00 Quimper (Breizh-info.com) – Le projet de construction d’une mosquée turque à Quimper continue de faire polémique. Vendredi soir, à l’occasion du conseil municipal, une toute nouvelle association baptisée « Quimper Résistance » en a profité pour manifester devant la mairie son opposition au projet.

« Aujourd’hui, les communautés musulmanes de Quimper disposent déjà de deux mosquées, à Penhars et à Terre Noire. Or la communauté turque, forte de 350 familles, a déposé un permis de construire pour transformer celle de Terre Noire non plus en simple lieu de culte, mais en école coranique avec coupoles et minaret – de 14 mètres de hauteur ! » écrit l’association – proche du Parti de la France – dans un communiqué adressé à la presse.

Pendant une heure, les militants ont ainsi déployé une banderole dans la cour de la mairie, tout en distribuant des tracts aux riverains et aux Quimpéroises et Quimpérois venant assister au conseil municipal. « On ne comprend pas trop de quoi il s’agit » nous confie Martine, une riveraine « ce projet n a pas été médiatisé et expliqué aux Quimperois » poursuit-elle.

D’autres semblent plus virulents : « Les représentants de la communauté turque de Quimper sont liés au parti islamiste d’Erdogan en Turquie et veulent étendre leur influence dans la cité. Regardez l’état des libertés aujourd’hui en Turquie, et vous comprendrez le malaise qui peut s’installer dans notre petite cité du bout de l’Europe. » Lire l'article intégral sur Breizh-Infos

10:31 Publié dans 09 - MOSQUEES EN PROJET | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : quimper, mosquée | |  Facebook | |

29/09/2014

Les parents d’élèves turcs contre l’islamisation forcée des écoles (France24)

manif 1.jpg

Manifestation de parents d'élèves à Istanbul, le 15 septembre. 

Lu sur France24 (extrait) :

"Votre enfant enregistre des résultats scolaires insuffisants à la sortie du collège ? Il a de forte chance d’être placé dans une école religieuse islamique pour la suite de sa scolarité. C’est une des nouvelles mesures appliquées en cette rentrée dans le système éducatif turc. Furieux de voir leurs enfants contraints de suivre une éducation religieuse contraire à leurs valeurs, des familles se mobilisent. 

Depuis une réforme de 2012, le système turc est divisé en trois cycles de quatre ans. En 2014, une nouvelle loi est entrée en vigueur. Pour passer du deuxième au troisième cycle, les élèves doivent se présenter à un examen. Ils peuvent choisir ensuite leur lycée en fonction de leurs notes. "Ceux qui ont les meilleurs résultats feront le choix d’un lycée technique ou normal parmi les plus côtés. Mais en dessous d’un certain nombre de points, les élèves sont désormais directement envoyés dans une école, selon une décision de l’État. Or, nous réalisons que c’est systématiquement dans des écoles de l’imam Hatip, bien que ce ne soit pas inscrit clairement dans la loi", s’insurge Yasemin Zeytinoglu, avocate et membre de l’association de parents d’élèves Okuluma Dokumna.  

Destinés à l’origine à former les imams d’État, les écoles de l’imam Hatip sont des lycées religieux qui accueillent aujourd’hui tout élève qui souhaite suivre un enseignement en grande partie axé sur l’islam sunnite. S’il est majoritaire en Turquie, le sunnisme n’est pas partagé par l’ensemble de la population. Sur les 1,2 million d’élèves qui ont passé leur examen en juin dernier, 40 000 auraient ainsi été inscrits d’office dans ces écoles religieuses. Or, pour certain d’entre eux, cette affectation n’est pas acceptable. Lire la suite sur France 24

01:11 Publié dans 22- TURQUIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

28/09/2014

Une France sous influence: Quand le Qatar fait de notre pays son terrain de jeu

Présentation de l'éditeur

Nombre d'États du Golfe lorgnent sur le patrimoine français et tentent, des pétrodollars plein les poches, d'acheter tout ce qui peut l'être avant épuisement de l'or noir. Jusqu'ici nos dirigeants leur avaient résisté - du moins en apparence -, offusqués par tant d'audace. Mais, avec le Qatar, c'est une tout autre histoire. La France est devenue le terrain de jeu sur lequel la famille Al-Thani place et déplace ses pions politiques, diplomatiques, économiques, immobiliers ou industriels. 

Dans son enquête au cœur du pouvoir, Vanessa Ratignier, avec le concours de Pierre Péan retrace l'histoire d'un partenariat ancien qui a mal tourné : la France est désormais « sous influence », comme si elle était devenue une chasse gardée de l'émirat.

Nos élites, maniant l'art du double langage, amalgament depuis des années intérêt général et enjeux personnels, si bien qu'on se demande parfois où s'arrête le mélange des genres. Cette situation, qui rappelle le pire de la Françafrique, marque l'avènement d'une Qatar-France oublieuse de nos valeurs et héritière des tares du petit émirat. 

Journaliste indépendante, Vanessa Ratignier est auteur des séries documentaires Manipulations, une histoire française (France 5, 2011) et Qatar (France 5, 2014), qu'elle a écrites avec Pierre Péan, écrivain-enquêteur, auteur notamment de La République des mallettes (Fayard, 2011). 

Né en 1938, Pierre Péan est journaliste et écrivain. Il a publié une vingtaine d'ouvrages depuis 1975..

Précommande en ligne - sortie officielle 17 septembre

Sur le même thème lire l'excellent et indispensable Le Vilain Petit Qatar de Nicolas Beau et Jean Marie Bourget (plus orienté sur l'islam) :

17:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : qatar, pean, influence, france, sarkozy | |  Facebook | |

Les combats de Mahomet: escarmouches, grandes batailles et crimes de guerre.

 ump,ps,udf,mpf,bayrou,sarkozy,jeunes populaires

  Présentation synthétique des combats menés ou planifiés par Mahomet, proposée par l' Observatoire de l'islamisation d’après la biographie « Mahomet, contre-enquête » (éd.de l’Echiquier) de l’arabisant René Marchand, se basant sur la Sîra (biographie islamique officielle) et la Sunna.

Lire la suite

16:39 Publié dans 02- COMPRENDRE L'ISLAM | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, ps, udf, mpf, bayrou, sarkozy, jeunes populaires | |  Facebook | |

« Quelques jeunes ne savent pas s’il faut se réjouir ou pleurer l’assassinat d’Hervé Gourdel » (Nice Matin)

Nice Matin du 27/09/2014

rzkobiz.jpg

Lire en plus grand.

09:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

26/09/2014

La Grande Mosquée de Lyon s'amalgame toute seule au salafisme violent.

Alors que le recteur de la mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, est en pleine opération séduction dans les médias, nous rediffusons cet article :

Les médias lorsqu'ils parlent de l'islam ne manquent jamais d'établir une frontière imaginaire entre l'"islam" et "l'islamisme radical", une déviance qui serait forcément une dénaturation de l'islam originel, même si les islamologues de l'université affirment le contraire.

2415233742.jpgUn énième exemple de la fausseté de cette analyse se trouve dans la très institutionnelle Grande mosquée de Lyon, présentée comme un modèle d'islam modéré, bien que financée par l'Arabie Saoudite...

Dans son livre "le Salafisme aujourd'hui" (Michalon, 2011) qui a connu une belle couverture médiatique, le chercheur Samir Amghar présente dans ses annexes les principales figures du salafisme contemporain. Surprise, Abdelkader Bouziane (photo) qui a défrayé la chronique pour avoir justifié la violence envers les femmes (et notamment la lapidation), était, bien qu'identifié salafiste dès 1991...conférencier en 2003 à la Grande Mosquée de Lyon !

boubou11.jpg

boubou2.jpg

Le 26 février 2004, un arrêté d'expulsion, mentionnait que l'imam Bouziane portait « atteinte à l'ordre public, du fait de son activité doctrinale salafiste». Cet arrêté pris par le ministère de l’Intérieur Nicolas Sarkozy invoquait « l’urgence absolue » et « la nécessité impérieuse pour la sûreté de l’État et la sécurité publique », pour faire usage de cette procédure qui permet de passer outre certaines règles de protection des étrangers, car l’imam, appelait « ouvertement à la violence et à la haine » et apparaissait comme le « principal vecteur de l’idéologie salafiste dans la région lyonnaise », en lien « avec des éléments très déterminés de la mouvance intégriste islamiste (…), en relation avec des organisations prônant des actes terroristes ».

Donc la Grande Mosquée de Lyon, malgré ses liens plus qu'étroits avec le salafisme -inviter Bouziane pour former les consciences musulmanes est fort de chicha- devrait être considérée comme le modèle de l'islam évidemment "de France" et évidemment "modéré". Jusqu'où prendra-t-on les Français pour des imbéciles?

Observatoire de l'islamisation, mars 2013

11:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

25/09/2014

Etat islamique : la Turquie est-elle encore notre alliée ? (Le Figaro)

Lire cette tribune sur le blog géopolitique d'Alexandre del Valle, qui avait prophétisé la radicalisation de la Turquie dans son livre La Turquie en Europe : un cheval de Troie islamiste ?

09:31 Publié dans 22- TURQUIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L'école islamique du Loiret a-t-elle enfreint le code de l'urbanisme ?

Lu dans la République du Centre du 24.09 (cliquer pour agrandir)enquetelachapelle.jpg

Lire sur le site du journal

09:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

24/09/2014

Hervé Gourdel croyait-il à un islam modéré alors que la majorité des mosquées algériennes sont salafistes ?

Hervé Gourdel est une victime de la propagande médiatique présentant l'islam majoritaire comme sympathique. Confiant, il alla randonner en pleine renaissance islamiste.

Le très sérieux média algérien L'Expression rapporte dans son édition du 5 mai 2013:

bouziane.jpeg"Le phénomène du salafisme est rampant en Algérie. Selon des statistiques, non confirmées par le ministère des Affaires religieuses, près de 80% des mosquées algériennes sont sous la domination des salafistes. Ces derniers se sont, d'ailleurs, manifestés à plusieurs reprises et de quelle manière? A plusieurs occasions, des imams ont refusé de se lever alors que l'hymne national est entonné considérant que ce geste comme étant «une bidaâ» (innovation)"

Photo: Le chef salafiste algérien Abdelkader Bouziane qui donna des conférences à la très officielle Grande Mosquée de Lyon (lire)

18:59 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

La police aux frontières laisse passer la famille Merah…comme bien d'autres salafistes chaque année

La France est une passoire. Les contrôles aux frontières nationales sont interdits par les traités européens, les douanes volantes ne comptent que sur le hasard aux péages ou aux aéroports. 

Attendus à Orly par l'antiterrorisme et la DGSI, le mari de Souad Merah, Abdelouahed Baghdali, revenant du djihad syrien et un de ses camarades salafiste atterrissent en fait à Marseille, et montrent leur passeport aux policiers sans aucun soucis malgré être dans bien des fichiers. Ces derniers les laissent passer...

 
Heureux comme un islamiste en France.
 
Chaque année, des conférenciers wahhabites ou Frères musulmans viennent tranquillement passer quelques jours chez nous afin de prêcher dans les mosquées. Pour ne pas froisser ses alliés que sont l'Arabie Saoudite ou le Qatar, la France laisse des "savants" islamistes entrer comme dans un moulin. 
Exemples :
 
- En mai 2013, un islamiste voulant tuer les homosexuels vient de Syrie prêcher à la mosquée de Nantes (financée par la mairie PS).
 
- En mars 2013, le cheik Mohamed Al Arifi qui bénit Ben Laden vient prêcher au congrès de l'UOIF
 
- Hani Ramadan qui défend la lapidation vient chaque année en France pour prêcher.
 
- En août 2013, deux prédicateur salafistes saoudiens viennent prêcher à la mosquée de Roubaix "alors qu'ils auraient dû être théoriquement refoulés à la frontière", lire dans la Voix du Nord

08:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

23/09/2014

Gien: une première mosquée inaugurée par le consul de Turquie, une deuxième par le consul du Maroc.

92dac03270d28b6d2b2b8637e4cae98a_thumb_565.jpg

Deux pays qui discriminent, persécutent et expulsent légalement les chrétiens chez eux (voir ici et ici pour le Maroc et ici pour la Turquie) encadrent en France leur diaspora par des mosquées monumentales, centre de la vie sociale. Jusqu'au centre de la France. Gien représente pour les français une bourgade préservée dédiée à l'artisanat. En réalité cette ville est largement colonisée.

La mosquée turque :

En mai 2008, après 3 ans de travaux,  l’Association culturelle et cultuelle turque Gien-Briare   inaugura sa mosquée en grande pompe. Outre les maires des villes alentours, le sous-préfet de Montargis, madame Martinez-Pommier,  des représentants du consulat de Turquie en France assistèrent à l’évènement. Pour concrétiser leur rêve, chaque fidèle turc a dû déboursé 1800 euros, ce qui a permis d’importer de Turquie une façade en mosaïque ainsi que le grand tapis de prière. La République du centre, quotidien de la région,  précise que outre les cours de charia, des cours de turc y seront dispensés aux enfants chaque semaine, car le lieu « bien au-delà de l’aspect religieux » est "un vrai centre culturel".

 

La mosquée marocaine :

 

Inaugurée en septembre 2014 par le consul du Maroc à Orléans qui a déclaré « Que ce lieu de culte, soit un lieu de sagesse, qu'il aide à combattre ce qu'il y a de pire : l'intolérance, la haine », rapporte la République du Centre .L'inauguration a eu lieu dans le cadre les journées du patrimoine afin de revendiquer la place de cette mosquée au sein du patrimoine Giennois.(…) À l'étage se trouve la salle de prière des femmes, orientée vers La Mecque, à l'est, comme celle du rez-de-chaussée réservée aux hommes. Également à l'étage, le bâtiment compte plusieurs salles de classe pour apprendre la charia. L'association y enseigne le Coran et l'arabe littéraire. "

 

Il conviendrait de fermer ces mosquées tant que le Maroc et la Turquie persécutent et expulsent les chrétiens, et qu'ils transforment les églises en mosquées (pour la Turquie). 

 

Observatoire de l'islamisation, septembre 2014.

09:06 Publié dans 10 - MOSQUEES EXISTANTES | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

20/09/2014

Comment Nicolas Sarkozy a appuyé l'ouverture d'écoles islamistes en France

sarkozy-alaoui.jpg

Photo: Nicolas Sarkozy et l'ancien secrétaire général de l'UOIF, Fouad Alaoui, en 2002

  Nicolas Sarkozy reçut le 8 octobre 2002 le secrétaire général de la Ligue Islamique Mondiale, Abdallah Turki, qui vint Place Beauvau pour obtenir un feu vert sur le financement de mosquées en France. Peu importait apparemment que cette Ligue soit le bras financier et prosélyte de l’Arabie Saoudite, où le wahhabisme d’État est la mouture la plus extrême de l’islam.

  La même année, Nicolas Sarkozy reprenait le dossier du Conseil Français du Culte Musulman, et, le 20 juin 2002, lors d’une séance consultative avec les représentants des différentes fédérations de mosquées, il tenta de rassurer : « Je ne laisserai pas l’intégrisme s’asseoir à la table de la République ». Pourtant c’est exactement ce qu’il fit en y introduisant la filiale française des Frères Musulmans, l’UOIF, le mouvement Tabligh, ainsi que les islamistes turcs du Milli Gorus. Ouverture aux islamistes qui lui permit d’affirmer lors d’un discours à l’Académie des sciences morales et politiques en 2005 « L'islam plus épicé a toute sa place à la table de la république »!

  Traduction dans les faits, le recteur de l’Académie de Lyon (1993-2007), Alain Morvan, voulant s’opposer à l’ouverture d’un lycée par l’UOIF à Décines, nommé Al-Kindi, eut à subir des pressions ouvertes du cabinet de Nicolas Sarkozy en août 2006. Convoqué place Beauvau, on lui fit comprendre que désormais, les islamistes correspondaient à la « laïcité ouverte » prêchée par le président. Alain Morvan voulait alerter l’opinion publique. « Al-Kindi [est] une menace pour les lois de la République » et, « [ses] responsables […] à la philosophie communautariste » veulent « cultiver une représentation d’un islam […] intolérant » (Alain Morvan cité dans Le Progrès du 5 mars 2007.)

Le recteur Alain Morvan fut révoqué lors d'un conseil des ministres en mars 2007, consécutivement à ses prises de positions anti-islamistes.

            Un reporter d’Europe 1 couvrant la première rentrée scolaire au collège Al-Kindi rapporta : « Beaucoup de ces élèves sont voilées, c’est le cas de Manel 12 ans », tandis que dans une autre école de l’UOIF à Lille, une journaliste de Marianne rapporta (janvier 2004) les considérations d’un élève apparemment envoyé de force par ses parents: « Ici, on ne nous parle que du coran et de l'islam à longueur de journée, c'est vrai que je suis musulman mais pas au point de devenir Imam »La journaliste, Ait Aoudia Djaffer, dénonçait dans son article l'état d'esprit de la direction ne cachant pas vouloir faire régner la charia

Le 22 mars 2014 était officiellement lancée, sous l’égide de l’UOIF, la Fédération nationale de l’enseignement privé musulman (FNEM) regroupant neufs établissements privés, dont trois sont déjà sous contrat avec l'état ! Parmi les écoles reconnues par l'état, le lycée Al-Kindi créé sous la pression directe de Nicolas Sarkozy, contre l'avis du sage Recteur évincé...

Observatoire de l'islamisation, septembre 2014. 

21:16 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

19/09/2014

La dhimmitude vue par la mosquée d'Orly

Réprimer les non musulmans refusant de s'acquitter du tribut de la dhimma, l'Etat islamique en Irak est fidèle aux agissements du calife Abu Bakr (632-634) loué par les mosquées en France.

Capture d’écran 2014-09-19 à 12.12.08.png

La Dhimma est un régime prévu par la charia imposé aux non musulmans résidants en terre d'islam (dar al islam) ou qui voient leur terre conquise lors d'une "expédition", codifié par le calife Omar (634-644 , Pacte d'Omar). Une série de contraintes telles que l'interdiction de construire ou restaurer les églises, l'interdiction d'évangéliser un musulman, un tribut monétaire à acquitter à l'autorité musulmane sont alors imposés aux dhimmis. Le refus de ce régime entraine l'exil ou l'attaque du groupe insoumis. Ces règles sont lisibles dans n'importe quel ouvrage de jurisprudence musulman, consultables à l'Institut du Monde Arabe.

Lu dans le bulletin n°20  (mars 2006) de l'association socio-culturelle des musulmans d'Orly, nous lisons :

"Abou Bakr (Dieu l'agrée) de son vrai nom Abdullah Ibn Abi Qouhafa 'Othman Ibn 'Amir, était le beau père du prophète Mo- hamed (paix et bénédiction sur lui). Né à la Mecque en 573, environ trois ans après l'année de l'éléphant, il est mort à Mé- dine en 634. Il fût le premier Khalife (successeur) de l'Islam, après la mort du Prophète.(…)

Ses compagnons le surnommèrent al Siddiq (le véridicte) car il fut connu pour la véracité dans ses propos et la sincérité dans ses actes. Il n'a jamais menti même pour plaisanter. Durant toute sa vie, Abou Bakr n'a jamais trahi la confiance d'un proche ou d'un ami. Il aidait toujours ceux qui avaient besoin d'aide. Il fut l'un des premiers à embrasser l'Islam. Il voua toute son existence à défendre l'Islam, à guider les autres vers le droit chemin, à ordonner le bien et à réprouver le mal, car Allah aime qu'on ordonne le bien et qu'on proscrive le mal.

(…)

Abou Bakr ayant reçu le titre de Khalifet-Rasul-Allah (successeur du prophète de Dieu) commença par réprimer les révoltes des tribus de hedjaz et Nejd, la première rejetant l'Islam et la seconde refusant de payer le tribut de dhimmitude (impôt versé par les tribus au Khalife pour une répartition équitable des richesses). Il rencontre de forte opposition de toute part mais les surmonte. La plus sérieuse opposition venant de Musaïlma vaincu par Khalid Ibn Walid à la bataille de Akraba (voir el badil N°16). Suite à cela, l'Arabie fut entièrement soumise à l'Islam. L'Irak fut pris à la Perse par Khalid Ibn Walid également sous les ordres du Khalife et une autre expédition victorieuse fut effectuée en Syrie." 

Ainsi, l'Etat Islamique sévissant en Syrie et en Irak, en expulsant et combattant les chrétiens ayant refusés de payer le tribut obligatoire, est parfaitement orthodoxe.

La mosquée d'Orly à récemment reçu le médiatique Marwan Muhammad du Collectif contre l'islamophobie, dont la conférence a le mérite de la clarté concernant ses intentions en France.

Observatoire de l'islamisation, septembre 2014.

12:26 Publié dans 10 - MOSQUEES EXISTANTES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : orly, mosquée | |  Facebook | |

Le Jihâd selon Ibn Khaldûn

ump,ps,MoDem,jeunes populaires,politique,france,2007(initialement publié en juin 2007)

Spécialiste du jihâd, Majid Khadduri est l’ auteur d’un livre phare sur la question (malheureusement non disponible en langue française),  «  War and peace in the law of Islam » (The Johns Hopkins Press, Baltimore et Londres, 1979)

Le chapitre V, est consacré à la doctrine du jihâd. Khadduri se réfère justement au grand historien musulman  Ibn Khaldûn (1332-1406) :

(P.70) «  Les guerres, selon ibn Khaldûn, sont de 4 sortes. La première est la guerre  tribale, telle qu’elle existait parmi les tribus arabes. Deuxièmement, les querelles  (feuds) et les escarmouches (raids) propres aux peuples primitifs. Troisièmement, les guerres prescrites par la Sharia,i-e, le Jihâd. Quatrièmement, les guerres contre les rebelles (déviationnistes, réformistes, schismatiques insoumis à l’autorité islamique[1]) et les dissidents. Ibn Khaldûn soutient que si les deux premières sont injustifiées, car elles sont des guerres de désobéissance, les deux autres sont des guerres justes. »

Ibn Khaldun qui notait justement dans ses fameux Prolégomènes (Muqqadima) :

« Dans l’islamisme, la guerre contre les infidèles est d’obligation divine, parce que cette religion s’adresse à tous les hommes et qu’ils doivent l’embrasser de gré ou de force. On a donc établi chez les musulmans la souveraineté spirituelle et la souveraineté temporelle, afin que ces deux pouvoirs s’emploient simultanément dans ce double but »

Ibn Khaldoun, Les Prolégomènes, tred. M. G. de Stane, Paris 1862-1868, t. I, p.469

Ibn Khaldoun enseignait en son temps  la charia à l’université islamique Al-Azhar en Egypte…Son nom été choisi pour un collège privé musulman de l'UOIF à Marseille.


[1] La catégorie des « rebelles » fait l’objet d’une définition précise dans les Statuts Gouvernementaux de El-Mawerdi (1058 +) , ouvrage majeur du droit public musulman.

09:56 Publié dans 02- COMPRENDRE L'ISLAM | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ibn khaldûn | |  Facebook | |

17/09/2014

Un projet de mosquée face au domicile du père d’une des victimes de Mohamed Merah

Capture d’écran 2014-09-17 à 23.08.35.png

"Voisin du terrain, Albert Chennouf-Meyer, père d'un militaire tué par Mohamed Merah, y voyait une « provocation ». A Manduel (Gard), le projet de mosquée est stoppé. A lire dans Le Midi Libre

23:10 Publié dans 09 - MOSQUEES EN PROJET | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Averroès, référence méconnue des djihadistes contemporains

averroes.jpgLe professeur Luis Gomez Garcia (Madrid, 1967) est professeur titulaire de la chaire d'Etudes Arabes et Islamiques de l'Université Autonome de Madrid. Dans son Diccionario del islam, éditions Espasa, paru en 2008 avec le concours du Ministère de la culture espagnol, l'entrée "Jihad" rappelle que le paragon de l'islam des lumières, référence obligatoire d'un islam présenté tolérant, était lui même favorable au jihad offensif (nous l'avions déjà évoqué dans un article) :

"Le Jihad belliqueux, s'il recouvre un caractère défensif, recouvre, plus fréquemment, un caractère offensif et économique (> Butin). Son origine est liée à l'expansion de l'Etat islamique, et, comme le signale Averroès (1126-1198) dans son Bidâyat al-muchtahid wa-nihâyat al-muqtasid, ne fut pas une fin en soi (le jihad est le résultat du fâsad, du désordre et de la corruption), mais bien mieux un moyen légitime pour que l'Etat puisse accomplir sa mission ultime: la concrétisation de l'ordre universel islamique. Le jihâd tenait un caractère subsidiaire, auparavant devaient être remplies certaines conditions, comme le recours à des moyens pacifiques pour convaincre la population de rejoindre d'ordre islamique. Dans ce sens, selon Averroès, l'objectif du jihad dans le sentier de l'islam n'était pas exclusivement la conversion, mais également, une fois soumise l'Arabie paienne, la capitulation de la population dhimmi limitrophe (Chrétiens et Zoroastriens) et leur soumission au pouvoir califal, symbolisée par le paiement de l'impôt de la capitation ou jizya. Ce jihad de caractère offensif fut consubstantiel à l'Empire islamique, ou, ce qui revient au même, à l'expansion de l'islam vers les territoires non islamiques ( > dar al -harb, rabita) , et, en termes politiques, il servit tant pour légitimer le califat que pour souder la oumma. Il est symptomatique que Abd Allah Azzam (1981-1989); "l'imam du jihad" pour le jihadisme moderne, recourre, entre autres, à Averroès dans sa démonstration doctrinale de l'obligation du jihad en islam." (page 362)

Le professeur Gomez Garcia présente le profil du théoricien jihadiste à l'entrée "djihadisme" de son dictionnaire page 365 :

"Abd Allah Azzam fut un militant actif des Frères Musulmans jordaniens, diplomé de l'Université islamique d'Al-Azhar. Il rompit avec les Frères jordanniens en 1980 lorsque ceux-ci refusèrent de s'engager militairement en Afghanistan en se contentant d'aide humanitaire. Deux oeuvres de Azzam sont des classiques du jihadisme: Ilàn al-jihad  (La déclaration du jihad, 1984) et Rejoins la caravane, (1987). Dans le premier ouvrage, Azzam établit que le jihad est une obligation individuelle (fard al-ain) et soutient qu'il est la majeure forme de dévotion, pour la sauvergarde de l'islam et de ses maux internes - impiété (kufr) et sédition (fitna)- et surtout, contre le pire mal qu'est l'idolatrie (shirk) dans toutes ses formes, mêmes modernes -consumérisme, matérialisme, individualisme, athéisme-. Azzam s'appuie sur toute la réserve des hadith, présents dans Al-Manar (le phare), la volumineuse compilation du juriste neohanbali Ibn Qayyim Al-Jaziya (1290-1350)"

Al-Jaziya, élève de Ibn Taymiya, est cité comme référence par l'imâm de Bordeaux Tareq Oubrou dans son livre Profession imâm, Albin Michel 2010 (tout comme Ibn Taymiya à trois reprises!). Nous avions explicité dans Ces Maires qui courtisent l'islamisme (Tatamis, 2010) la théorie du djihad offensif chez Al-Jaziya, auteur cher aux imams de l'UOIF soutenus localement par l'UMP et le PS...

Observatoire de l'islamisation, avril 2013

08:50 Publié dans 02- COMPRENDRE L'ISLAM | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : averroès, jihad, djihad | |  Facebook | |

15/09/2014

Les islamistes perturbent un spectacle à Angers et forcent le maire à l'annuler

Lu dans Angers Mag du 13 septembre 2014 :

« En trente ans de spectacle c’est la première fois que nous vivons ce genre de situation », explique Barthélémy Bompard, le directeur de la compagnie Kumulus. « Compte tenu du sujet évoqué, ce spectacle fait pour interpeller l’opinion, crée inévitablement des réactions, mais pas de ce type. Avec la montée de l’intégrisme religieux nous ne sommes pas vraiment surpris. C’est un problème de société, mais ce qui m’ennuie c’est qu’en annulant nous leur donnons raison ». 

Le maire, Christophe Béchu, interpellé directement par d’autres mouvements intégristes religieux, a été contraint, au su des incidents de la République, d’annuler les deux autres représentations prévues samedi et dimanche. « Pour éviter d’autres débordements », poursuit le directeur artistique. " Suite

16:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

13/09/2014

Première pierre pour la Grande mosquée de Beauvais (UOIF) sur un terrain cédé par la ville UMP

beauvais-mosquee-mea.jpg

Ce dimanche 14 septembre la première pierre de la Grande mosquée de Beauvais a été posée par madame le maire Caroline Cayeux, sénateur de l'UMP. L'association "Espoir et fraternité" qui porte le projet est présente chaque année au congrès des islamistes radicaux de l'UOIF.

 

Capture d’écran 2014-09-14 à 21.45.43.png

Rappel dans Le Parisien du 21 mai 2013 :

"Le projet très ancien avait pourtant pris une tournure décisive en juillet 2010, avec la vente du terrain de près de 2 000 m2, occupé par le chenil de la SPA alors promis au déménagement, par la ville à l'association Espoir et Fraternité. Dix-huit mois plus tard, le permis de construire était accordé. (…) En soutenant le projet de l'association Espoir et Fraternité, la municipalité conduite par Caroline Cayeux (UMP) entendait bien « permettre aux musulmans de Beauvais d'exercer dignement leur culte »

Le 31 janvier 2014 l’association Espoir et Fraternité invita un des membres fondateurs de l’UOIF, Abdallah Benmansour, tunisien membre du parti Ennahda, à donner une conférence. On ne sait ce que dit Abdallah Benmansour ce soir là, mais des photos de la soirée nous montrent les quelques livres qui étaient vendus sur une table. Un livre de Youssef al Qaradawi, sans surprise « Les règles éthiques de la transaction en islam » (éditions Bayane). Un autre livre vendu est très important, d’une part car son auteur est l’ancien chef des Frères Musulmans libanais, Fayçal Mawlawi (1941-2011), et d’autre part car son titre est Les fondements juridiques des relations entre musulmans et non musulmans (éditions Bayane, 2013).

Ce livre est très intéressant pour comprendre les règles du déclenchement du jihâd en islam. Rappelons que Fayçal Mawlawi est aussi un des fondateurs de l’UOIF, notamment de son école d’imâms l’IESH dans la Nièvre. Au début des années quatre-vingt, il vivait en France où il obtint un DEA en Sorbonne. Très proche de Youssef al Qaradawi, il fut un membre dirigeant du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche, organe de production d’avis juridiques de l’UOIF.

 Page 15, Mawlawi revient sur la doctrine classique de la diplomatie du prophète, inviter les nations étrangères à se convertir, ou les soumettre par la force :

 « Après le traité d’Al-Houdaybiyyah, le Prophète commença à dépêcher des missives et des émissaires à l’extérieur de la péninsule. Toutes ces lettres qu’il écrivait, à Héraclius, à l’empereur perse, mais aussi au Mouquaquis d’Egypte, au Négus d’Anyssinie, à Al-Moundhir Ibn Sawa au Bahrein, de Yamamah (…), invitaient leurs destinataires à suivre la religion de Dieu et les informait qu’en cas de refus ils auraient à répondre de leurs actes mais aussi des actes de leurs sujets. Les guerres et batailles qui opposèrent les musulmans à leurs ennemis, qu’ils furent juifs ou polythéistes, n’avaient pour vocation que de protéger et consolider l’appel à l’Islam »

 Dans son livre La diplomatie en islam (L’Harmattan, 2005), l’islamologue Abdelaziz Riziki Mohamed, doctorant à la Sorbonne, revient sur ces appels très codifiés à la conversion, page 141 :

 « L’appel à l’islam est au cœur de la diplomatie musulmane. C’est pourquoi nombre de documents diplomatiques traitent de cette question. Le prophète avait écrit des lettres dans lesquelles l’idée principalement exprimée est : « Je te convie à embrasser l’islam » ; « La paix sur qui suit la vraie voie ! Or je t’appelle de tout l’appel de l’Islam. Soumets-toi donc et te seras sauf ».

 Les appels à entrer dans l’Etat islamique transmis par des émissaires formulent la même alternative : la soumission à la Pax islamica ou la guerre.

 Concernant les non musulmans de la péninsule arabique à l’époque du prophète, Fayçal Mawlawi précise page 35 :

 « Quant à ceux qui n’étaient pas liés par un pacte quelconque aux musulmans, ou dont le pacte arrivait à échéance dans les quatre prochains mois ou n’était tout simplement pas limité dans le temps ; à ceux-là on accordait un répit de quatre mois à la fin desquels ils choisiraient entre embrasser l’Islam, poursuivre le combat, ou encore l’exil en dehors des frontières d’Arabie »

 On comprend mieux l’épuration religieuse de la péninsule arabique achevée dès les premiers siècles de l’islam.

 Mawlawi, dans ce même livre de chevet des fidèles de la mosquée de Beauvais, précise qu’il est tout à fait correct d’attaquer en premier les infidèles. Page 51, commentant le Coran :

 « Le droit accordé aux musulmans, dans ces deux versets de l’épée et du combat, de lancer en premier les hostilités, n’abolit pas la permission de riposter en cas d’attaques ennemis ou simplement de patienter si les moyens pour lutter font défaut. Les versets de l’épée et du combat commandent aux musulmans de se battre. (…) Dans son livre Le jihad dans le Coran, le Dr Kamel Al-Daqs va dans le même sens et dit : « L’avis le plus juste est que les versets du jihad, révélés par étapes successives, ne sont pas abrogeables »

Quels sont ces fameux "versets de l’épée" auxquels il est fait référence ? Il s’agit des versets de la sourate 9 :

 « Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » verset 5.

 Qui sont ces fameux « associateurs » à attaquer ? Le verset 31 précise :

 « Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs en dehors d'Allah, alors qu'on ne leur a commandé que d'adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui! Gloire à Lui! Il est au-dessus de ce qu'ils [Lui] associent. »

 La trinité mal comprise fait dire aux musulmans que les Chrétiens « associent » des dieux.

 Autres versets musclés :

 « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce que Dieu et Son messager ont interdit, et ceux des gens du Livre qui ne se donnent pas comme religion la religion de la vérité, jusqu'à ce qu'ils versent la taxe religieuse (capitation) en reconnaissance de la supériorité [des musulmans ndt] et qu'ils se fassent petits. »  Sourate 9, verset 29

 « Les Juifs disent : "Uzayr est fils d'Allah" et les Chrétiens disent : "Le Christ est fils d'Allah". Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu'Allah les anéantisse! Comment s'écartent-ils (de la vérité)? » Sourate 9, verset 30.

 Encore une mosquée des Frères Musulmans de l'UOIF édifiée à cause de l'aide de l'UMP localement.

23:23 Publié dans 09 - MOSQUEES EN PROJET | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

12/09/2014

La Fnac met toujours en rayon "La Voie du Musulman" qui appelle à tuer les apostats, exterminer les polythéistes et conquérir le monde par le Jihad.

Capture d’écran 2014-09-12 à 16.29.37.png

Capture d’écran 2014-09-12 à 16.29.14.png

L'Etat Islamique peut se féliciter d'avoir son livre de chevet vendu à la FNAC.

Malgré le reportage de LCI , malgré la Une du Figaro en Juillet, l'enseigne persiste en septembre 2014 et diffuse le "classique parmi les classiques" des musulmans pratiquants.

Voir la présentation de l'éditeur :

2014-09-12 16.33.44.jpg

Que lit-on à l'intérieur ?

"Le jihad contribue à éradiquer toute autre adoration autre que celle du seigneur" page 263

"Le jihad a pour finalité de prohiber toute autre adoration que celle de Dieu, l'Unique" page 264

"Il faut que tous les musulmans, formant un seul ou plusieurs états séparés, s'équipent de toutes sortes d'armes. Ils doivent aussi se perfectionner et s'améliorer dans l'art militaire défensif et offensif, pour défendre ou attaquer au moment opportun pour que le verbe de Dieu triomphe" page 267

 "Avant d'entreprendre la guerre contre les infidèles, il faut les convier à l'islam, s'ils refusent on les invite à payer un tribut, s'ils refusent finalement, on recourt aux armes"  page 269

"Celui qui renie les décrets divins concernant la prière, le jeûne, le pèlerinage, l'obéissance aux parent ou le Jihad est un renégat (…) Peines infligées aux renégats: Durant trois jours, on incite le renégat à renoncer à sa croyance et à demander grâce à Dieu, s'il n'accepte pas, il est passible de la peine capitale " page 395

"Kharaj ou impôt foncier: C'est un tribut que les musulmans imposent sur les terres conquises par la force" page 273

"Le Prophète est formel: "On ne doit ni édifier d'églises en terre d'islam ni les restaurer" page 271

"Dieu veut que les musulmans exterminent les polythéistes sans leur donner l'avantage d'être considérés comme prisonniers" page 274

"Le Prophète dit: "Tuez celui qui renie sa religion" page 394.

Nous rappelons que Bernard Cazeneuve a affirmé ne pas vouloir interdire ces ouvrages. "C'est comme la Bible" affirme l'Intérieur au Figaro interrogé sur l'affaire. 

Une action en justice pour apologie du terrorisme est en cours de préparation avec l'avocat Gilles William Goldanel contre Fnac et Carrefour qui vendent ce best-seller chez les musulmans (et bien d'autres nous peaufinions la liste). Plus d'infos ici 

16:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L'Etat islamique est un "retour aux sources de l'islam médiéval" analyse-t-on à Saint-Cyr

Thomas Flichy, ancien de l'Inalco et agrégé d'histoire, professeur de relations internationales à l'école spéciale militaire de Saint-Cyr est interrogé par le bi mensuel L'Homme Nouveau du 13 septembre 2014 :

"L'avancée de l'Etat islamique se présente avant tout comme un retour aux sources de l'Islam médiéval. Il ne faut pas oublier que la création d'une confédération centrée sur une action militaire au service d'une conquête fut l'élément premier et originel de la fondation de l'islam. 

"Islam" fut dès le départ un terme équivoque: il signifie à la foi la soumission individuelle que le croyant doit avoir à l'égard de Dieu et le ralliement ou la soumission à un pouvoir nouveau instauré par un prophète qui en définit les lois au nom de Dieu et dont les assises politiques sont appuyées par une action militaire permanente.

Un des propos les plus anciennement transmis de Mahomet (Muhammad) est le suivant: "j'ai reçu l'ordre de combattre les hommes jusqu'à ce qu'ils disent "point de divinité excepté Allah". Le combat militaire est par conséquent consubstantiel à l'Islam, particulièrement en temps de réveil religieux"

Lire l'intégralité du dossier sur l'Etat Islamique dans L'Homme Nouveau

09:03 Publié dans 02- COMPRENDRE L'ISLAM | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

La Turquie "islamiste modérée" a soutenu l'Etat islamique et refuse de le frapper

Ahmet+Davutoglu+Secretary+State+Clinton+Holds+-6fbXBvdT5Nl.jpg

Photo: Ahmet Davutoglu et Hillary Clinton en novembre 2010.

Les masques tombes. La Turquie ne participera pas à la coalition contre l'Etat Islamique en Irak. Déjà   le 7 août dernier son ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu se gardait bien condamner ouvertement l'Etat islamique et de le désigner comme une organisation terroriste. Sa déclaration sur la chaîne NTV, qui a été perçue par certains chroniqueurs comme une tentative de légitimation des djihadistes.

Hier, Ankara a annoncé ne pas vouloir participer aux frappes occidentales contre les djihadistes. Pour sauver les apparences, Davutoglu a annoncé hier que  la base d'Incirlik s'ouvrira au soutien logistique et humanitaire, pour ne pas s'opposer frontalement aux Etats-Unis, vieil allié, et à l'Union Européenne qui finance déjà à coup de milliards l'intégration de la Turquie.

Pour le professeur de géopolitique Thomas Flichy de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr interrogé dans L'Homme Nouveau : "L'Etat Islamique, à l'échelle régionale, est soutenu à la fois par la Turquie et le Qatar mais combattu par l'Arabie Saoudite et l'Iran".

Observatoire de l'islamisation.

08:38 Publié dans 22- TURQUIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

10/09/2014

En 2011 Alexandre del Valle avait annoncé la Solution finale des chrétiens d'Irak (Canal+)

Emission Salut Les Terriens, canal +, le 15 janvier 2011.

Et sur le même sujet, France 24 en décembre 2012

20:53 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

09/09/2014

La mairie de Bordeaux bientôt devant le tribunal administratif concernant la Grande Mosquée des Frères Musulmans

3697235219.jpg

image: projet de Grande Mosquée de Bordeaux par le cabinet d'architecte Aires Mateus

Lu sur Infos-Bordeaux du 8 septembre 2014 :

"Le projet de mosquée voulu par Alain Juppé dans le quartier de la Bastide continue à faire couler beaucoup d’encre. Les oppositions sont nombreuses, et c’est au tour d’Alain Wagner, président de l’association de l’Union de défense du citoyen et du contribuable (UDCC), de mettre en garde le maire de Bordeaux.

Dans une interview vidéo, ce dernier annonce qu’il va attaquer « la mairie de Bordeaux devant le tribunal administratif » afin d’annuler cette « maison de la charia ». Destinée aux frères musulmans et à leur filière locale (Fédération Musulmane de la Gironde), cette mosquée avoisinerait un coût de plus de 24 millions d’euros, pour une surface de 12 000 mètres carrés ! L’espace dédié au culte pourra accueillir plus de 4000 fidèles, soit le plus vaste local religieux de toute la région.

« Nous ne luttons pas contre l’islam, mais ce projet n’est pas qu’une salle de prière. C’est un véritable complexe islamique qui va effectuer la promotion d’une idéologie nommée la charia». Pour ce dernier, « il faut mettre fin à la promotion de la charia en France et notamment à Bordeaux. Nous avons développé un savoir-faire et nous allons le mettre à la disposition des citoyens bordelais pour qu’ils puissent se défendre contre les projets d’Alain Juppé ».

Dans "Le Prêtre et l'imâm", paru aux éditions Bayard en 2013, l'imam Tareq Oubrou auquel Juppé vient de remettre la légion d'honneur  affirme page 134 :"Le mouvement des Frères Musulmans prétend moderniser la religion, sans rien toucher à l'essentiel. Ce discours, peu audible, est en perte de vitesse. Je continue d'être membre de ce mouvement"

"Les Arabes n'avaient d'autres choix que d'attaquer pour survivre" Tareq Oubrou, imâm de Bordeaux, dans Un imâm en colère, éditions Bayard, 2012.

"Si le Coran a appelé à la guerre, c'est pour imposer la paix" imâm Tareq Oubrou, France Culture, 20/11/2012

"L'Imâm Al Banna veut qu'on soit comme des salafistes" Tareq Oubrou, conférence en ligne à la gloire du fondateur des Frères Musulmans.

"Le Califat est une obligation, et la réunion des musulmans, l’union autour de ce Calife est une obligation. Et tant que les musulmans ne sont pas réunis autour du Califat, ils sont des pécheurs, sauf ceux qui oeuvrent pour restaurer ce Califat" Tareq Oubrou, conférence en ligne à la gloire du fondateur des Frères Musulmans.

"L’islam comme le veut le Coran touche à tous les domaines de la vie. C’est un Etat, c’est un pays […] il regroupe toute la communauté dans une géographie. Il n’y a pas de frontières […] la frontière entre deux pays est une hérésie méprisable en islam. Les Frères musulmans ne reconnaissent pas les frontières entre les peuples musulmans." Tareq Oubrou, conférence en ligne à la gloire du fondateur des Frères Musulmans.

 "La politique des musulmans ce n'est pas la politique des autres, la politique des autres est construite sur le mensonge" même conférence sur Hassan Al Banna (plus de citations)

Contactez Alain Wagner de l'Union de Défense du Citoyen et du Contribuable (UDCC) pour l'aider dans les prochaines étapes de sons action : alain.wagner@hotmail.fr

Plus d'infos sur la collaboration d'Alain Juppé avec les islamistes.

12:40 Publié dans 09 - MOSQUEES EN PROJET | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

08/09/2014

La composition de l'Armée Syrienne Libre (ASL) armée par la France, aussi extrême que l'EI ?

Alors que François Hollande a confirmé officiellement fin août avoir armé l'ASL, pour contrebalancer les brigades radicales comme le Front al Nosra et l'Etat islamique, il est pour autant faux de présenter les brigades de l'ASL comme étant composées de musulmans modérés. Extrait de l'excellent article de Bayar Kimyongur, Turc d'origine syrienne et alaouite. Nous avions lu avec intérêt son livre Syriana: la conquête continue (Couleur livres, 2011) :

bahar-kimyongur-synthese-sur_6gewn_2u2m1h.jpg

"(…) des bataillons aux connotations confessionnelles vont se former à l’intérieur même de l’Armée syrienne libre : bataillons Muawiya, Yazid, Abou Ubayda Jarrah, Ibn Taymiyya, Ibn Kathir, la brigade turkmène « Yavuz Sultan Selim » du nom du sultan-calife ottoman qui, au XVIe siècle, massacra alévis, alaouites et chiites…

Parmi ces groupes d’insurgés à connotation confessionnelle, il y a la fameuse Brigade Farouk, véritable épine dorsale de l’Armée syrienne libre. Aucun média occidental ne s’est même interrogé sur le sens du mot Farouk. (6) Il s’agissait pourtant du surnom du calife Omar Ibn Khattab, considéré comme un usurpateur par les chiites.

Nul ne peut oublier Khalid al Hamad, l’homme qui éviscéra un soldat de l’armée gouvernementale avant de crier en portant à sa bouche le coeur et le foie de sa victime : « Oh, héros ! massacrez les Alaouites et découpez leurs coeurs pour les manger ! ». Mais se souvient-on que cet individu n’était ni membre d’Al Qaïda, ni un simple milicien mais un commandant de la célèbre brigade Al Farouk affiliée à l’Armée syrienne libre (ASL) soi-disant modérée et aujourd’hui dirigée par Salim Idriss.

Le prédicateur Andan Arour qui appelle au meurtre de masse lors de ses apparitions télévisées fait lui aussi partie de l’Armée syrienne libre (ASL) et non pas de la rébellion dite « extrémiste ».

Ces quelques exemples montrent que la présentation de l’Armée syrienne libre (ASL) en tant que rébellion démocratique, laïque et plurielle était un pur produit marketing à destination de l’opinion publique occidentale." Lire l'article intégral.

09:06 Publié dans 23- SYRIE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

07/09/2014

Le Grand Mufti d'Arabie Saoudite condamne l'EI car il s'en prend à des musulmans. Pas un mot sur les yezidis et chrétiens.

mufti-2b0aa.jpg

Photo:  Cheikh Abdel Aziz Al-Cheikh, Grand Mufti d'Arabie Saoudite.

Le islamophiles jubilent, Claude Askolovitch va enfin pouvoir ridiculiser ceux qui font des "amalgames" entre islam et islamisme. La dépêche vient de tomber ce dimanche 7 septembre : 

"Le grand mufti d'Arabie saoudite a appelé les musulmans à "combattre" l'Etat islamique (EI), "agressif et oppressif", s'il "combat les musulmans". 
L'EI "fait couler le sang" et ses djihadistes "n'ont fait que tuer depuis qu'ils ont commencé leur combat" en Syrie et en Irak, a déclaré Cheikh Abdel Aziz Al-Cheikh, la plus haute autorité religieuse d'Arabie saoudite. "S'ils combattent des musulmans, les musulmans doivent les combattre pour débarrasser le peuple et la religion du mal qu'ils incarnent et du tort qu'ils causent", a-t-il dit dans des propos rapportés dimanche. Le mufti répondait à une demande d'un Irakien en vue d'une fatwa (édit religieux) pour combattre l'EI. Emboitant le pas au roi Abdallah, le grand mufti avait, dès le mois d'août, qualifié l'EI "d'ennemi numéro un de l'islam". Source Figaro

On l'a compris, ce qui inquiète le Mufti ce n'est pas l'épuration ethnique des chrétiens et des yezidis, les viols massifs de leurs femmes autorisés selon les paroles de Mahomet. Le prophète interrogé par ses soldats pour savoir s'il est halal de  "cohabiter avec les captives en éjaculant hors de l'utérus", répondit : "il n'y a pas de mal à faire cela" (citation authentique trouvée dans les livres musulmans vendus jusqu'à la Fnac et à l'Institut du Monde Arabe, rite malékite). 

Violer les mécréantes, exterminer les non musulmans, ça oui, mais que l'Etat Islamique commette des exactions contre les musulmans (mais lesquelles au juste?), ah ça non ! Il fallait bien trouver un prétexte pour condamner les djihadistes de Baghdadi qui menacent de marcher jusqu'à Riyad !

Non, pour le mufti il s'agit de faire entendre la voix officielle de l'Arabie Saoudite qui redoute plus que tout que le nouveau califat pousse ses pions jusque sur ses terres, d'autant que beaucoup de ressortissants saoudiens se trouvent dans les rangs des Da'esh et de Jabhat al Nosra. L'Arabie Saoudite soutient officiellement sa propre bigade dans l'ASL, le Front Islamique, et cherche à ce que celle-ci capte l'essentiel des effectifs jihadistes. Une simple histoire de concurrence entre jihadistes.

Le Front islamique (FI), la principale coalition djihadiste qui fédère plus de 50.000 combattants, alternative à Al Qaïda mise sur pied par le royaume, n'est pas plus modérée. Le leader du Front islamique s’appelle Zahran Alloush. Il est le fils de Mohammad Alloush, un prédicateur syrien ultraconservateur exilé en Arabie saoudite. Zahran Alloush a beau résister contre les deux succursales syriennes d’Al Qaïda, à savoir Al Nosra et l’Etat islamique de l’Irak et du Levant (EIIL) alias Daech, il développe la même rhétorique sectaire que ses concurrents. Dans une allocution prononcée devant le château omeyyade Qasr al Hayr al Charqi près d’Al Sukhna en juillet 2013, voici ce que Zahran Alloush déclarait urbi et orbi :
« Les fils des Omeyyades sont revenus au pays du Levant malgré vous. Les moudjahidines du Levant vont laver la souillure des Rafidhas , pour purifier le Levant à jamais... Les Chiites demeureront à jamais soumis et humiliés comme ils l’ont toujours été tout au long de l’histoire. Et l’Islam a toujours détruit leur Etat... La dynastie des Omeyyades a toujours détruit leur Etat ». (source)

Comment croire à des paroles  de Abdel Aziz Al-Cheikh se souciant des droits de l'homme ?  Ce même Grand Mufti appela à la destruction de toutes les églises de la Péninsule arabique en mars 2012, citation authentique de Mahomet en renfort ! Mais cela, les médias se gardèrent bien de le révéler, ça ne colle pas à la grille de lecture d' Askolovitch. On imagine le tollé médiatique si le pape demandait à détruire toutes les mosquées d'Europe !

Observatoire de l'islamisation. 7 septembre 2014.

17:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

06/09/2014

Le Qatar "aimerait exercer une espèce de magistère moral" sur l'islam en France

qatar,uoif,frères musulmansqatar,uoif,frères musulmans

Haoues Seniguer, chercheur au groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient et enseignant à l’Institut d’études politiques de Lyon, décrypte la stratégie qatarie voulant exporter l'idéologie islamiste des Frères Musulmans (logo image de gauche) en France via l'UOIF.

Lire l'interview dans Atlas Info

13:27 Publié dans 06UOIF-FRERES MUSULMANS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : qatar, uoif, frères musulmans | |  Facebook | |